Pratiques N°83 Faire autrement pour (se) soigner

Autrement… Facile à énoncer mais difficile à cerner… Chargé de nos propres expériences, de nos tentatives multiples pour vivre et se soigner le mieux possible, ce terme recouvre de nombreuses réalités que les auteurs ont souhaité partager.
Il ne s’agit pas ici de répertorier ni d’évaluer les médecines dites parallèles ou des pratiques de soin plus ou moins exotiques ou validées, il s’agit de repérer les mille et une contorsions que les soignants sont amenés à opérer pour échapper aux injonctions paradoxales des institutions, tant pour les patients qui se confient à eux que pour tenir leurs propres objectifs de soin et, surtout, pour privilégier la rencontre.
Il apparaît au fil du dossier que de nombreux soignants sont insatisfaits de ce qu’ils ont appris et surtout des conditions dans lesquelles on leur demande d’exercer leurs métiers. Alors, ils tentent d’échapper à la maltraitance institutionnelle qui s’exerce sur eux par une organisation délétère du travail, le manque récurrent de moyens ou de temps pour exécuter des soins de qualité, ce qui revient à mal traiter les patients. Qu’il s’agisse des soins généraux ou des soins psychiques, des savoirs faire longuement expérimentés sont fréquemment disqualifiés au profit de discours budgétaires et de protocoles déresponsabilisants. C’est à partir de ce constat qu’ils inventent des lieux, des façons de travailler ou des méthodes de soins qui correspondent davantage à leurs propres aspirations, humaines, idéologiques et politiques. Mises en œuvre collectives et pluriprofessionnelles des soins, démarches individuelles engagées, travail en réseau, adaptation des savoirs au réel sont autant de pistes qui permettent de reprendre la main sur le quotidien.
Il s’agit aussi de repérer comment des personnes se débrouillent avec leurs propres ressources pour échapper aux projets des soignants et des institutions qui ne correspondent pas à leurs besoins ou à leurs désirs et de voir comment ils mettent en place individuellement et collectivement des manières plus autonomes de (se) soigner.
Tous ont en commun de tenter d’expérimenter des façons de partager qui les enrichissent humainement, de faire progresser le système de soins, les institutions, voire pour certains de faire société autrement.

À NOTER  :
La case cochée en vert clair devant les articles indique que celui-ci peut être lu directement sur le site. Ce sont soit des articles en accès libre, soit des versions longues d’articles parus dans la revue.
Conditions d’utilisation des articles de Pratiques.

Sommaire du N°83