Pratiques N°65 L’urgence en médecine

Quand on parle d’urgence, de quoi parle-t-on ? Cette notion recouvre des problèmes, des temps, des lieux, des postures différents. C’est un moment intense de la médecine.
L’inquiétude, l’incertitude, la peur de mourir constituent l’essentiel des raisons qui engorgent les services hospitaliers dédiés aux urgences. On y va quand on ne sait pas quoi faire, mais aussi quand les cabinets médicaux sont fermés.
Ce dossier s’attache à ce qui se passe dans la tête et le cœur des patients comme des soignants, confrontés à ce moment toujours chargé d’émotion. L’environnement est rarement favorable à la sérénité indispensable pour bien aborder une urgence.
La question de l’urgence en médecine est liée à l’offre de soins et son organisation, très différentes selon les régions. Les services d’urgence sont les lieux où sont accueillis indifféremment les accidents de la vie qui peuvent engager le pronostic vital ainsi que tous ceux que la médecine n’a pas su ou pu prendre en charge en amont.
Dans le magazine, un entretien avec Jean-Robert Pradier sur son parcours de « médecin militant », une lettre ouverte aux généralistes qui se rêvent en chef d’orchestre et le relais des constats désastreux faits par nos collègues médecins du travail à partir de plusieurs situations vécues. Enfin, quelques notes de lecture pour vous faire partager nos coups de cœur…

À NOTER  : La case cochée en vert clair devant les articles indique que celui-ci peut être lu directement sur le site. Ce sont soit des articles en accès libre, soit des versions longues d’articles parus dans la revue.

Sommaire du N°65

Documents joints