Tout au bout de l’isolement

Pratiques N°87, octobre 2019

Anonyme Médecin généraliste Le Docteur Y s’est suicidé dans son cabinet un matin de printemps, avec les patients à la porte. La situation locale s’est fortement détériorée sur les sept dernières années, avec le départ d’un nombre croissant de nos confrères. Aujourd’hui, nous ne sommes plus que deux là où nous étions huit. Ce texte a été lu à la cérémonie d’obsèques par son auteur. « La médecine générale est avant tout une vocation, une façon comme une autre d’aimer les gens. On se lève le matin pour passer (...)

Accès réservé

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou

S'abonner

Abonnement à partir de 39€ avec accès immédiat aux articles.


Voir les offres d'abonnements

Commander ce numéro

Pratiques N°87 Cherche médecin désespérément

Lire aussi

N°87 - octobre 2019

Faute de grives…

par Olivier Boitard
Olivier Boitard Psychyatre On mange des merles. Vous pouvez chercher désespérément un médecin, vous n’en trouverez pas. Quelques alternatives : Comme le recommande le ministère de la Santé, …
N°87 - octobre 2019

Les CPTS à la croisée des chemins

par Nadège Vezinat
Nadège Vezinat Sociologue, maîtresse de conférences à l’Université de Reims Si le décloisonnement du travail médical et son articulation avec le secteur médico-social vont dans la bonne direction, la …
N°87 - octobre 2019

Coordination microlocale de la santé

par Michel Bass
Michel Bass Médecin, sociologue (www.afresc.org) Auteur de Promouvoir la santé (L’Harmattan, 1994), et Mort de la clinique (L’Harmattan, 2018). Une démarche de santé communautaire dans le maquis …
N°87 - octobre 2019

Une psy en peau de chagrin

par Jean Vignes
Jean Vignes Infirmier de secteur psychiatrique retraité, ancien secrétaire général SUD Santé sociaux, animateur du réseau européen contre la privatisation de la santé Autour de la question des …