Lu : Libérer le travail, pourquoi la gauche s’en moque et pourquoi ça doit changer *

Présenté par Patrick Dubreuil
Médecin généraliste

S’appuyant sur une riche documentation, Thomas Coutrot, économiste et statisticien du travail, montre que s’intéresser à la nature du travail est une nécessité historique pour la gauche ; elle qui ne s’en est jamais vraiment préoccupée, pensant « contrer le capitalisme avec la démocratie politique, par les nationalisations, la redistribution des richesses, la planification démocratique ».
Un engagement électoral de Macron était aussi de libérer le travail, mais il organisa plutôt le travail jetable et libéra le capital, le néolibéralisme étant une « machine à extraire le profit » et à « écraser le travail vivant » en l’enfermant dans des contrôles managériaux et des contraintes financières, mais à quel prix !
En effet, « si l’épidémiologie a bien documenté les dégâts que la dégradation du travail inflige à la santé… les sciences politiques n’ont pas pris la mesure des dégâts causés à la démocratie ». Thomas Coutrot montre « comment la soumission imposée dans le travail pousse les salariés à la passivité (abstention lors des élections) ou à l’autoritarisme politique (vote pour l’extrême droite) dans la cité », étude de l’INSEE-Dares à l’appui [1].
Il faut donc aller chercher ailleurs que dans la cité, les causes des replis, des ressentiments et des haines : les lieux du travail réel.
L’auteur propose une piste pour sortir la démocratie de la violence économique et politique. Laquelle ? Libérer le travail, c’est-à-dire libérer l’initiative des travailleurs afin de leur donner plus d’autonomie et construire l’intelligence collective. Vous découvrirez dans quelles conditions celle-ci peut se mettre en place.
Après avoir relaté ces nouvelles pratiques démocratiques du travail concret qui s’appuient sur le prendre soin, l’auteur propose des perspectives politiques, avec l’idée empruntée à Bernard Friot, sociologue et économiste, d’un salariat à vie sans subordination, condition de l’émancipation.
« Workers, your lives matter » !

* Thomas Coutrot, Libérer le travail, pourquoi la gauche s’en moque et pourquoi ça doit changer, Seuil, mars 2018.


par Patrick Dubreil, Pratiques N°94, août 2021


[1INSEE : Institut national de la statistique et des études économiques ; Dares : Direction de l’animation de la recherche, des études et des statistiques (ministère du Travail).


Lire aussi

N°94 - juillet 2021

Le monde d’après sera celui d’avant !

par Franck Lepage
États d’urgence à répétition : les classes dirigeantes révèlent leurs stratégies de contrôle de populations désormais divisées. Désobéir deviendra peut-être un impératif moral sans jamais perdre de vue ce qui …
N°94 - juillet 2021

Pour un pôle socialisé du médicament

par Frédérick Stambach, Julien Vernaudon
Nous entendons régulièrement que la santé serait un bien commun. Aller au-delà du simple slogan nécessite une révolution ambitieuse. Cet article s’inscrit dans le sillage de nombreuses initiatives …
N°94 - juillet 2021

Le jour d’avant, en pire ?

par Frédéric Pierru
« Penser la santé dans le monde d’après » relève de la gageure pour le chercheur en sciences sociales qui a passé une bonne partie de sa carrière à enquêter sur les politiques de santé. Frédéric Pierru …
N°94 - juillet 2021

Sauvons-nous !

par Pascal Boissel
Le 20 avril 2041, un ancien expose à des lycéens ce qui s’est passé pendant les années 2020-2021 qui les intriguent. L’ancien parle ici. Pascal Boissel Psychiatre, psychanalyste Vous souvenez-vous, …