Seine et Marne sud et désert

Jacqueline Gauchet
Patiente

Septembre 2018, j’ai 40 °C de fièvre pendant plus de trois jours avec une forte douleur intermittente dans l’oreille. Je cherche à consulter mon médecin traitant qui n’est pas joignable directement : pas de secrétaire, pas de contact téléphonique possible. Je ne peux que passer par Doctolib et le rendez-vous proposé est dans un mois. SOS Médecins ne répond pas… Le temps passe et au bout d’une semaine de fièvre entre 39 et 40 °C, je me sens dans l’incapacité d’aller aux urgences de l’hôpital, car je ne suis bien que couchée et je sais que j’y attendrais longuement…
Une amie me trouve un rendez-vous chez le médecin de son mari à 20 km de chez moi : prescription d’une IRM cérébrale, d’un bilan sanguin et ordonnance d’antalgiques. Le bilan sanguin révèle des anomalies qu’évidemment je ne sais pas interpréter et qui m’inquiètent beaucoup. J’arrive quand même à avoir un rendez-vous avec mon médecin traitant qui me prescrit un nouveau bilan, mais impossible de le joindre suite aux résultats qui ne sont pas normaux : maintenant, sur Doctolib, il y a trois mois d’attente pour obtenir un rendez-vous avec lui et c’est impossible de lui laisser un message pour qu’il me rappelle.
En désespoir de cause, j’appelle une belle-sœur, médecin retraitée, qui va interpréter ce bilan et me rassurer par téléphone, d’autant que la fièvre est enfin tombée et que mes douleurs se sont estompées.
Je n’arriverai plus jamais à avoir mon médecin traitant débordé par le nombre de ses patients qui, sans doute, prennent des rendez-vous systématiques à l’avance pour être sûrs de pouvoir le joindre, au cas où…
J’apprends quelques mois plus tard avec stupéfaction et tristesse que ce médecin s’est suicidé dans son cabinet.
Les rares médecins aux alentours, déjà eux-mêmes surchargés, sont dans l’incapacité d’accepter sa trop grande clientèle ; ils ne prennent plus de nouveaux patients et conseillent, via des messages affichés dans leur salle d’attente, de consulter les urgences.
De nombreux villages affichent, à leur entrée et sortie, leur recherche de médecin généraliste.
Fin juillet 2019, je suis allée voir un médecin généraliste près de chez moi. Celui-ci m’a d’abord expliqué très gêné qu’il ne pouvait pas me prendre comme patiente parce qu’il était débordé puis, après un échange généreux de sa part, il a fini par accepter, transgressant ainsi sa décision de ne plus prendre de nouveaux patients !!!


par Jocelyne Gauchet, Pratiques N°87, octobre 2019

Documents joints

Lire aussi

N°87 - octobre 2019

Faute de grives…

par Olivier Boitard
On mange des merles. Vous pouvez chercher désespérément un médecin, vous n’en trouverez pas. Quelques alternatives : Comme le recommande le ministère de la Santé, soignez-vous vous-même par la «  …
N°87 - octobre 2019

Tout au bout de l’isolement

Anonyme Médecin généraliste Le Docteur Y s’est suicidé dans son cabinet un matin de printemps, avec les patients à la porte. La situation locale s’est fortement détériorée sur les sept dernières …
N°87 - octobre 2019

Quel territoire pour soigner ?

par Lanja Andriantsehenoharinala
Lanja Andriantsehenoharinala Médecin généraliste Peut-on laisser les professionnel·les du soin s’organiser pour répondre aux besoins de la population ? Sur quel périmètre ? Ou doit-on confier à …
N°87 - octobre 2019

CPTS pour quoi ? Pour qui ? Avec qui ?

par Philippe Lefèvre
Philippe Lefèvre Co-président de l’Institut Renaudot A quoi sont censées répondre les Communautés professionnelles territoriales de santé (CPTS) ? Peuvent-elles contribuer à l’amélioration de notre …