Rendons à César ce qui lui appartient

par Eric Bogaert, Pratiques N°79, novembre 2017

Éric Bogaert Psychiatre L’ordinateur grèverait le soin. L’utiliser prend du temps, son écran masque le patient au soignant, qui n’écoute plus celui-là et se fie trop au dossier patient informatisé (DPI) [1], qui enferme son travail dans un cadre trop contraignant ; enfin le secret médical est mis à mal. Dit-on. Une fois qu’on a appris à utiliser un ordinateur et le logiciel de DPI, ça ne prend pas plus de temps d’écrire son observation dans le DPI que dans un dossier de papier. On peut même (...)

Accès réservé

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou

S'abonner

Abonnement à partir de 39€ avec accès immédiat aux articles.


Voir les offres d'abonnements

Commander ce numéro

Pratiques N°79 Santé connectée

Lire aussi

N°79 - octobre 2017

1988

par Sylvie Cognard
Sylvie Cognard Médecin généraliste enseignante Le monsieur m’a bien montré comment me servir de mon bel ordinateur, mais je n’ai jamais appris à taper sur un clavier. Je mets donc beaucoup de …
N°79 - octobre 2017

Un dimanche déconnecté

par Anne Perraut Soliveres
Anne Perraut Soliveres Cadre supérieur infirmier, praticien-chercheure Il est dix heures ce dimanche matin lorsque, circulant dans un train entre Toulouse et Bordeaux, je surprends une …
N°79 - octobre 2017

Partage du savoir 2.0

par Martin Winckler
Martin Winckler Écrivain Au cours des vingt dernières années, le rapport du public à l’information sur la santé a changé. Et – heureusement ! – pas grâce à la télé. On l’a oublié aujourd’hui, mais la …
N°79 - octobre 2017

Le vivant est irréductible

par Miguel Benasayag
Entretien avec Miguel Benasayag Philosophe et psychanalyste Auteur de nombreux ouvrages parmi lesquels : – Cerveau augmenté, homme diminué, Éditions La Découverte, – La singularité du vivant à …