Nausée, quand tu nous tiens

Anne Perraut Soliveres
Cadre supérieur infirmier, praticien-chercheure

Petit lexique pour affronter un repas d’hôpital quand on a envie de vomir...

D’abord bloquer sa respiration au moment de l’ouverture de l’opercule de la barquette plastique dans laquelle le meilleur des ortolans aura la même odeur qu’un filet de dinde cuit à l’eau… écœurant…

Même technique pour celle contenant des légumes, du riz ou des nouilles, le confinement de l’aliment chauffé dans le chariot produisant une alchimie rébarbolfactive.

Cette opération menée à bien, laisser quelques secondes les aliments respirer et l’on pourra (peut-être) absorber un repas moins mauvais que ne le laissait penser l’odeur douceâtre de la levée du couvercle.

Moralité : Quand on voit ce qu’on voit, qu’on sent ce qu’on sent, on n’a pas toujours raison de penser ce qu’on pense…


par Anne Perraut Soliveres, Pratiques N°73, avril 2016

Lire aussi

N°73 - avril 2016

Amphibologie

par Yann Diener
Exercice de stylistique amphibologique à envoyer à tous les directeurs des ressources humaines et autres fournisseurs d’éléments de langage, eux qui voudraient que les phrases n’aient qu’un seul sens, …
N°73 - avril 2016

Sans vouloir vous contredire

par Evelyne Malaterre
Sans vouloir vous contredire, je tiens à mentionner que tout ceci est strictement foljectif. Mais chaque fois que je la croise dans la rue, que je la guette derrière ma fenêtre, je sens bien, …
N°73 - avril 2016

Sans vouloir vous contredire

par Leïla
Leila des Zèbres toulousains Sans vouloir vous contredire, je tiens à mentionner que tout ceci est strictement foljectif. Docteur, vous êtes en train de me dire que la taille ne compte pas ? …
N°73 - avril 2016

Sans vouloir vous contredire

par Joséphine Corbel
Joséphine des Zèbres toulousains Sans vouloir vous contredire, je tiens à mentionner que tout ceci est strictement foljectif. C’est simple, soit il est dyslexique, soit il ne l’est pas ! …