Marchands d’âmes ?

par Claire Gekiere, Pratiques N°80, février 2018

Claire Gekiere Psychiatre de secteur, Savoie En psychiatrie, le corps peut-être contraint, mais ce sont surtout les « troubles psychiatriques » dans leur définition très médicalisée et objectivée qui font l’objet d’une marchandisation croissante. Il est lucratif de traiter certains troubles et d’élargir le périmètre des diagnostics psychiatriques. S’il est un corps marchandisé, c’est celui des psychiatres, tous statuts confondus. Cela a dû commencer avec l’essor des (...)

La Revue Pratiques réserve cet article à ses abonnés.

Pour lire la suite, abonnez-vous ou

S'abonner

Abonnement avec accès immédiat aux articles.


Voir les offres d'abonnements

Commander ce numéro

Pratiques N°80 La marchandisation des corps

Lire aussi

N°80 - janvier 2018

Edito : La traque

par Sylvie Cognard
Sylvie Cognard Médecin retraitée Combien celui-là ? 500 dollars Et celle-là ? 350 dollars Et le petit là, c’est son gosse ? Oui Combien ? 200 dollars Je te prends les deux pour 400. Top là pour …
N°80 - janvier 2018

Travail salarié : commerce de l’humain

par Guillaume Getz
Guillaume Getz Médecin généraliste Celui ou celle qui n’a pas de capital doit vendre une partie de son être pour vivre. En cela, la majorité de l’humanité transforme son corps en marchandise. Le …
N°80 - janvier 2018

L’esprit reste hors de prix

par Pascal Boissel
Pascal Boissel Psychiatre Dans un monde où tout devient marchandise, où le corps organique peut ici et là être évalué financièrement et être vendu en pièces détachées, l’esprit …
N°80 - janvier 2018

Des marchands disent

par Gaëlle Texier
Gaëlle Texier Médecin généraliste Des Marchands disent Cette belle fille aux jolis seins ronds, aux dents parfaites, combien en veux-tu ? Que je la mette dans mon lit Ce petit jeune …