Travail salarié : commerce de l’humain

par Guillaume Getz, Pratiques N°80, février 2018

Guillaume Getz Médecin généraliste Celui ou celle qui n’a pas de capital doit vendre une partie de son être pour vivre. En cela, la majorité de l’humanité transforme son corps en marchandise. Le point commun est la souffrance, au travail et dans la vie en général. M’en occuper est mon travail de généraliste. À première vue, lorsque l’on parle de marchandisation du corps, on pense commerce d’une partie du corps (vente d’organe) ou commerce d’un service du corps (gestation pour autrui, travail (...)

Accès réservé

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou

S'abonner

Abonnement à partir de 39€ avec accès immédiat aux articles.


Voir les offres d'abonnements

Commander ce numéro

Pratiques N°80 La marchandisation des corps

Lire aussi

N°80 - janvier 2018

Edito : La traque

par Sylvie Cognard
Sylvie Cognard Médecin retraitée Combien celui-là ? 500 dollars Et celle-là ? 350 dollars Et le petit là, c’est son gosse ? Oui Combien ? 200 dollars Je te prends les deux pour 400. Top là pour 450 Un …
N°80 - janvier 2018

Une intégrité dangereuse…

par Philippe Pascal
Philippe Pascal Inspecteur à l’URSSAF Pratiques : Parlez-nous du combat que vous avez mené… Philippe Pascal : Mon père était journaliste à La Marseillaise, journal communiste. J’ai été élevé dans …
N°80 - janvier 2018

Quand le désir prend corps

par Eric Bogaert
Éric Bogaert Psychiatre retraité Tentative de distinguer les divers plans dans lesquels se déploie une question, comme toutes les questions humaines, dans l’espoir d’en permettre le repérage des …
N°80 - janvier 2018

Essais cliniques… quel coût, pour qui ?

par Anne Perraut Soliveres
Anne Perraut Soliveres Cadre supérieur infirmier, praticien-chercheure Cela se passe dans les années quatre-vingts. Une demi-douzaine de copains infirmiers s’inscrit sur une liste qui les met en …