Le toucher empathique

par Marcel Nuss, Pratiques N°93, mai 2021

Marcel Nuss Essayiste, fondateur, en 2002, de la Coordination handicaps et autonomie (CHA) et de l’Association pour la promotion de l’accompagnement sexuel (APPAS) en 2015 Un enfant souffrant d’une carence de soins, durant les premières années de sa vie, peut en mourir, du fait d’une privation de contacts affectifs, de toucher affectueux et empathique. Un adulte ne bénéficiant que de touchers techniques ne va pas en mourir physiquement, mais psychiquement. Objet de soins Par manque de temps (...)

Accès réservé

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou

S'abonner

Abonnement à partir de 39€ avec accès immédiat aux articles.


Voir les offres d'abonnements

Commander ce numéro

Pratiques N°93 Peut-on soigner sans toucher ni être touché...

Lire aussi

N°93 - avril 2021

Sauvons la psychiatrie

par Pierre Delion
Pierre Delion Pédopsychiatre en retraite Maintenant tout le monde le sait, la psychiatrie est en perdition, et il n’est pas un jour sans annonces catastrophiques la concernant. Les Français ont …
N°93 - avril 2021

Corps à corps

par Anne Perraut Soliveres
Anne Perraut Soliveres Cadre supérieur infirmier, praticien-chercheure Les différentes acceptions du terme « toucher » peuvent augurer des impacts multiples que sa mise en actes peut avoir sur les …
N°93 - avril 2021

Façons de toucher à l’hôpital

par Marie-Christine Pouchelle
Marie-Christine Pouchelle Anthropologue, directeur de recherches au CNRS Les pages qui suivent ont été sélectionnées par Pratiques dans un article plus long paru dans la revue Terrain, « Quelques …
N°93 - avril 2021

Lever les (gestes) barrières

par Patrice Desmons
Patrice Desmons Patient La question du choix d’écriture s’est imposée à moi depuis cette question : comment toucher les soignants pour qu’ils reçoivent réellement ce que j’essaye de dire ? Peut-être …