Le salut de l‘écologie subjective

par Sandrine Deloche, Pratiques N°73, avril 2016

Sandrine Deloche Médecin pédopsychiatre Éprouver notre subjectivité intime, collective est un des fondements existentiels. Attaquer le soin psychique, c’est fragiliser cet en-commun. S’y opposer, c’est décider d’un type d’écologie, l’écosophie. Défendre le sensible, l’imprévu, l’incertain dans le soin et au delà, pour exister dans la Cité. Pour ausculter les glaciers, il n’est pas nécessaire de prévoir des carottes glaciaires ou autres effractions de percement, non juste coller son oreille au bord des (...)

Accès réservé

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou

S'abonner

Abonnement à partir de 39€ avec accès immédiat aux articles.


Voir les offres d'abonnements

Commander ce numéro

Pratiques N°73 Subjectif objectif, l’inextricable

Lire aussi

N°73 - avril 2016

Amphibologie

par Yann Diener
Exercice de stylistique amphibologique à envoyer à tous les directeurs des ressources humaines et autres fournisseurs d’éléments de langage, eux qui voudraient que les phrases n’aient qu’un seul sens, …
N°73 - avril 2016

La fabrique du « tous handicapés »

par Sandrine Deloche
Rabattre la souffrance psychique du côté du handicap, valoriser la dépendance au profit de la construction dynamique du sujet, imposer une normativité scolaire aliénante. Voici, dix ans après, …
N°73 - avril 2016

La condition subjective du condamné

par Tony Ferri
L’obligation de soin dans un cadre judiciaire constitue, à bien des niveaux, une véritable injonction paradoxale, puisqu’elle est liée à une contrainte pénale éprouvée par le sujet comme contraire à …
N°73 - avril 2016

MAGAZINE

La maladie est une expérience hautement subjective pour la personne soignée, mais aussi pour celle qui soigne. Les symptômes exprimés sont instables et toujours colorés de l’expérience, de la culture, …