La (dé)mesure de la qualité de vie

par Benjamin Derbez, Pratiques N°73, avril 2016

Benjamin Derbez Chercheur en sciences sociales, post-doctorant Inserm, Iris Auteur (avec Zoé Rollin) de Sociologie du Cancer, Paris, La Découverte, Repères, 2016 Mesurer la qualité de vie des sujets dans la recherche clinique est un défi. Le recours aux outils de mesure de la qualité de vie relève, en fait, de techniques de subjectivation et occulte la nature intersubjective et sociale des expériences individuelles. Aujourd’hui bien installé dans le champ de la santé, le concept de « qualité de (...)

Accès réservé

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou

S'abonner

Abonnement à partir de 39€ avec accès immédiat aux articles.


Voir les offres d'abonnements

Commander ce numéro

Pratiques N°73 Subjectif objectif, l’inextricable

Lire aussi

N°73 - avril 2016

Amphibologie

par Yann Diener
Exercice de stylistique amphibologique à envoyer à tous les directeurs des ressources humaines et autres fournisseurs d’éléments de langage, eux qui voudraient que les phrases n’aient qu’un seul sens, …
N°73 - avril 2016

La subjectivité, ça se travaille

par Lanja Andriantsehenoharinala
Les Français sont attachés à la Sécurité sociale, nous dit-on. Et moi, soignante, quel regard subjectif je porte à cette grande dame ? Ce qui m’influence, d’abord, c’est ce que les patients me donnent à …
N°73 - avril 2016

Sciences : une neutralité politique ?

par Christiane Vollaire
Le meurtre ultra-violent d’un jeune chercheur italien par la police politique égyptienne vient rappeler que le vrai savoir exige un engagement scientifique dans son sens le plus courageux : le …
N°73 - avril 2016

Au clair de la lune

par Anne Perraut Soliveres
La nuit est le berceau de la subjectivité, son havre de paix, son pré carré, son petit nid douillet.