La subjectivité, ça se travaille

par Lanja Andriantsehenoharinala, Pratiques N°73, avril 2016

Lanja Andriantsehenoharinala Médecin généraliste Les Français sont attachés à la Sécurité sociale, nous dit-on. Et moi, soignante, quel regard subjectif je porte à cette grande dame ? Ce qui m’influence, d’abord, c’est ce que les patients me donnent à comprendre de la Sécurité sociale : sur le terrain, son visage est alors bien singulier. La Sécurité sociale, c’est à travers les patients qu’elle se manifeste Et à ce titre, c’est plutôt la rupture. La réalité de la Sécurité sociale pour les citoyens se mesure (...)

Accès réservé

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou

S'abonner

Abonnement à partir de 39€ avec accès immédiat aux articles.


Voir les offres d'abonnements

Commander ce numéro

Pratiques N°73 Subjectif objectif, l’inextricable

Lire aussi

N°73 - avril 2016

Amphibologie

par Yann Diener
Exercice de stylistique amphibologique à envoyer à tous les directeurs des ressources humaines et autres fournisseurs d’éléments de langage, eux qui voudraient que les phrases n’aient qu’un seul sens, …
N°73 - avril 2016

Marche arrière toute

par Séraphin Collé
La pratique médicale nécessite à la fois objectivité et subjectivité.
N°73 - avril 2016

La subjectivité objective des patients

par Sylvie Fainzang
La subjectivité, qui résulte en partie de l’appartenance du sujet à un collectif, fonde en partie son interprétation de la maladie et ses recours thérapeutiques. Sa prise en compte permet de comprendre …
N°73 - avril 2016

Au clair de la lune

par Anne Perraut Soliveres
La nuit est le berceau de la subjectivité, son havre de paix, son pré carré, son petit nid douillet.