Sciences : une neutralité politique ?

par Christiane Vollaire, Pratiques N°73, avril 2016

Christiane Vollaire Philosophe Le meurtre ultra-violent d’un jeune chercheur italien par la police politique égyptienne vient rappeler que le vrai savoir exige un engagement scientifique dans son sens le plus courageux : le refus d’inféodation au pouvoir. Giulio Regeni est chercheur en économie au département d’Études sur le développement à l’Université de Cambridge, au Royaume-Uni. Il est italien, il a vingt-huit ans et prépare sa thèse de doctorat. Elle porte sur le mouvement ouvrier en Égypte, en (...)

Accès réservé

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou

S'abonner

Abonnement à partir de 39€ avec accès immédiat aux articles.


Voir les offres d'abonnements

Commander ce numéro

Pratiques N°73 Subjectif objectif, l’inextricable

Lire aussi

N°73 - avril 2016

Amphibologie

par Yann Diener
Exercice de stylistique amphibologique à envoyer à tous les directeurs des ressources humaines et autres fournisseurs d’éléments de langage, eux qui voudraient que les phrases n’aient qu’un seul sens, …
N°73 - avril 2016

La subjectivité objective des patients

par Sylvie Fainzang
La subjectivité, qui résulte en partie de l’appartenance du sujet à un collectif, fonde en partie son interprétation de la maladie et ses recours thérapeutiques. Sa prise en compte permet de comprendre …
N°73 - avril 2016

Le concept de reconnaissance

par Marc Chatellier
La théorie philosophique de la reconnaissance, qui a ses origines chez Hegel, occupe une place cruciale dans le débat contemporain entre les diverses composantes des sciences …
N°73 - avril 2016

Un médecin en quête de modernité

par Guillaume Getz
Si les termes objectif et subjectif sont difficiles à définir, ils invitent pourtant à questionner la médecine moderne.