Des lieux pour la formation

par Elisabeth Maurel-Arrighi, Pratiques N°67, novembre 2014

Comment se former pour mieux aider ceux qui dérapent, hallucinent, délirent, sont retranchés dans des « forteresses vides », dans des peurs paranoïaques ? Quand on est généraliste et aussi, après tout, quand on est psychiatre, psychologue ou psychanalyste ?

Accès réservé

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou

S'abonner

Abonnement à partir de 39€ avec accès immédiat aux articles.


Voir les offres d'abonnements

Pratiques N°67 La folie. Une maladie ?

Lire aussi

N°67 - octobre 2014

Transmettre la force de l’écoute

par Sylvie Cognard, Louis Velluet
Entretien avec Louis Velluet Propos recueillis par Sylvie Cognard Louis Velluet a œuvré sur le terrain et au niveau institutionnel pour que la médecine générale, qui intègre la connaissance du …
N°67 - octobre 2014

La « moindre des choses… »

par Alain Abrieu
Alain Abrieu, psychiatre de Secteur, C. H. Edouard Toulouse Soigner la personne et son milieu environnant, tel est l’objectif du mouvement de psychothérapie institutionnelle. L’analyse …
N°67 - octobre 2014

Ma formation

par Adeline Lefèbvre
Le témoignage d’une interne de première année en psychiatrie : Critiquer, penser, ruer dans les brancards… Quelles possibilités ?
N°67 - octobre 2014

Un compagnonnage

par Olivier Boitard
L’interne en médecine générale se consacre entièrement lors de son stage à sa formation psychiatrique et, sauf urgence, ne pratique pas… la médecine générale.