Contrefacteur, contre-docteur

Marc Jamoulle
Médecin de famille

Au téléphone ce matin avec un de mes amis. Il a vu son cardiologue et son médecin traitant récemment.

Je lui explique que les médicaments qu’il doit prendre pour son cœur sont excellents, nécessaires et dangereux.

Je lui dis que le cardiologue et le médecin traitant auraient pu lui demander s’il a fait de l’asthme. Oui il en a eu, enfant, alors le Bisoprolol® (bêtabloquant) pourrait lui donner des problèmes. J’explique.

Il a reçu du Xarelto® (rivaroxaban), un anticoagulant très à la mode, et il travaille beaucoup dans le verre. Le médecin ne lui a pas dit qu’il allait saigner beaucoup s’il se coupait. Je lui explique que nous n’avons pas d’antidote pour ce « médicament » qui empêche le sang de coaguler. Il doit donc mettre des gants et prévoir le nécessaire pour les soins de plaies, arrêter le produit tout de suite s’il saigne beaucoup.

Tant qu’à faire, comme je sais qu’il va recevoir de la Cordarone® (amiodarone) pour soigner son cœur, je lui explique qu’alors il faudra bien veiller à surveiller la thyroïde tous les trois mois. Il s’étonne, me demande les risques. Évidemment, je ne peux m’empêcher de lui dire que mon frère en est mort, pas du produit, mais de la négligence des médecins qui ne lui ont pas fait l’arrêter en temps utile. Un de mes patients vient aussi d’être thyroïdectomisé pour hyperthyroïdie non maîtrisable à cause du même médicament.

Il rigole et me dit que je suis le premier médecin qui parle ainsi de son métier. Je lui dis que quand on a des risques et une maladie grave, on doit prendre des médicaments qui sont potentiellement dangereux. C’est donc risque pour risque. Le patient doit le savoir et comprendre ce qu’il fait pour veiller au grain lui-même [1].

Je lui explique que ce sont sûrement les mêmes armées de psychologues au service de l’industrie, qui du tabac, qui des médicaments, qui ont travaillé la cible au corps pour faire croire que leurs produits ne sont pas dangereux. Les fumeurs et les docteurs pensent la même chose, c’est bon donc ce n’est pas dangereux.

Futé, il me dit alors : « Au fond, toi, tu es un contrefacteur, un "contre-docteur" »
Si faire la médecine en réfléchissant à ses conséquences c’est être un contre-docteur comme on dit contre-culture [2], alors oui, je suis un contre-docteur.


par Marc Jamoulle, Pratiques N°78, juillet 2017

Documents joints


[1Howrey BT, Thompson BL, Borkan J, et al. Partnering With Patients, Families, and Communities. Fam Med. 2015 ;47(8):604-11. http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/26382118.

[2Stephens GG, Family medicine as counterculture, 1979, Fam Med. 1998 ;30(9):629-36. http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/9798125.


Lire aussi

N°78 - juillet 2017

La loi du silence

par Isabelle Busson
Isabelle Busson Un témoignage qui pose les questions éthiques de l’accompagnement d’un proche en état végétatif chronique appelé aussi état pauci relationnel, suite à une réanimation. Ma sœur Gina …
N°78 - juillet 2017

Le sens obstinément

par Sandrine Deloche
Sandrine Deloche Médecin pédopsychiatre. Parmi les insensés qui encerclent la psychiatrie, il y a la question de la privation. L’enfermement, la contention des fous, mais aussi la confiscation des …
N°78 - juillet 2017

Docteur paternant

par Séraphin Collé
Séraphin Collé Médecin généraliste Un médecin généraliste refuse d’endosser le costume paternaliste que la société a dévolu à sa mission. Il a, lui, un ressenti très maternant de son rôle selon une acception …
N°78 - juillet 2017

Obligation de sens

par Marion Thierry-Mieg
Marion Thierry-Mieg Médecin généraliste addictologue Quand on est soignant, on croise des personnes qui n’ont pas accès aux soins, d’autres qui y sont obligés. Les textes de loi rendraient-ils les …