Combats dans la langue

par Sandrine Deloche, Pratiques N°98, août 2022

Être témoin bruyant de la novlangue. Dénoncer sa contamination dans nos institutions et nos esprits pour préserver la parole signifiante, socle de notre rapport au monde dans l’altérité et le soin.

Sandrine Deloche, médecin pédopsychiatre Comment tenir sa détermination de soigner avec les mots, exactement à cet endroit de l’incise signifiante de la langue, quand, a contrario, les logiques de pouvoir tiennent les rênes en pervertissant notre rapport au langage, donc notre rapport au monde ? Depuis une vingtaine d’années, la destruction méthodique des services publics par l’État, qu’il s’agisse de l’éducation, du soin, de la justice ou de la culture, accélère la diffusion de ce pervertissement. Dans (...)

Accès réservé

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou

S'abonner

Abonnement avec accès immédiat aux articles.


Voir les offres d'abonnements

Commander ce numéro

Pratiques N°98 Mots dits soient et mal y pansent

Lire aussi

N°98 - juillet 2022

Mots blessants, mots soignants

par Margot Ferry
Les nouveaux dictateurs du langage voudraient faire tenir toute une souffrance en quelques lettres acronymes, tout un métier en un pauvre anglicisme barbare. Mais, en consultation, nous savons …
N°98 - juillet 2022

Novlangue et action publique en santé

par Jean-Pascal Devailly
La novlangue existe-t-elle ? Est-ce le terme par lequel nous disqualifions le discours d’un adversaire pour lui opposer nos modèles ? Soignants et managers de santé dénoncent pourtant l’expansion d’une …
N°98 - juillet 2022

Oh, t’es relou le loup !

par Didier Morisot
Les diagnostics infirmiers expliqués à tante Yvonne. Didier Morisot, infirmier psychiatrique www.infirmiers.com Chère tante Yvonne, tu me demandais récemment en quoi consistaient ces fameux «  …
N°98 - juillet 2022

Paroles maudites

par Stéphane Magarelli
« En face de la lucidité de Van Gogh qui travaille, la psychiatrie n’est plus qu’un réduit de gorilles eux-mêmes obsédés et persécutés et qui n’ont, pour pallier les plus épouvantables états de l’angoisse …