Attester : danger ?

par Catherine Coq, Pratiques N°75, octobre 2016

Catherine Coq Sage-femme Établir une attestation pour une victime de violence ne va pas sans risque pour les professionnels. Novembre 2010, j’accueille Valérie aux urgences de la maternité des Bluets. Elle est accompagnée de ses parents et vient suite à une dispute conjugale. Pour l’équipe médicale, son état justifie son hospitalisation pour repos. La situation de Valérie inquiète assez l’équipe pour qu’une information auprès de la PMI [1] soit faite en vue d’un accompagnement à domicile. Deux ans (...)

Accès réservé

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou

S'abonner

Abonnement à partir de 39€ avec accès immédiat aux articles.


Voir les offres d'abonnements

Commander ce numéro

Pratiques N°75 Les huis clos de la violence

Lire aussi

N°75 - octobre 2016

Etre révolutionnaire ?

par Pinar Selek
Entretien avec Pinar Selek Sociologue, écrivaine Être révolutionnaire, dire non, ce n’est pas seulement revendiquer, c’est d’abord être heureux, apprendre à écouter, à regarder, se nourrir de …
N°75 - octobre 2016

A qui signaler ?

par Marie Kayser
Marie Kaiser Médecin généraliste En cas de danger grave pour un mineur nécessitant une protection judiciaire immédiate, toute personne doit, sans délai, aviser le procureur de la République (au …
N°75 - octobre 2016

Une autorisation d’hostilité

par Christiane Vollaire
Christiane Vollaire Philosophe La violence des lieux d’enfermement est le produit d’une autorisation d’hostilité institutionnelle et politique masquée derrière le double langage républicain. En mars …
N°75 - octobre 2016

L’éprouvé du corps, corps éprouvé ?

par Cécile Masson-Bellanger
Cécile Masson Bellanger Médecin généraliste Cette histoire est celle d’une enfant rencontrée en consultation par un médecin généraliste de l’aide sociale à l’enfance. Amélie est accueillie au foyer en …