Une souffrance illégitime ?

par Irène Mériaux, Pratiques N°75, octobre 2016

Irène Mériaux Gynécologue Lors d’une fausse couche, il est essentiel de reconnaître la souffrance liée à la perte de l’espérance. Hier, en consultation gynéco, j’ai reçu une patiente d’une trentaine d’années. Elle se plaignait de symptômes (douleurs lombaires, épigastriques, pelviennes…) pour lesquels elle avait vu des spécialistes (rhumato, gastro, psychiatre…) qui lui avaient prescrit une panoplie de médicaments (antalgique, antidépresseur, inhibiteurs de la pompe à protons…). Elle se présentait pour (...)

Accès réservé

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou

S'abonner

Abonnement à partir de 39€ avec accès immédiat aux articles.


Voir les offres d'abonnements

Commander ce numéro

Pratiques N°75 Les huis clos de la violence

Lire aussi

N°75 - octobre 2016

Etre révolutionnaire ?

par Pinar Selek
Entretien avec Pinar Selek Sociologue, écrivaine Être révolutionnaire, dire non, ce n’est pas seulement revendiquer, c’est d’abord être heureux, apprendre à écouter, à regarder, se nourrir de …
N°75 - octobre 2016

Ma famille… mon enfer

par Hildegarde Deuxcouetteslecon
Hildegarde Deuxcouetteslecon Quand éduquer se transforme en formater, le moindre grain de sable peut enrayer la machine et produire des dégâts irréversibles. Ou pas… Quand ma mère parle de moi à …
N°75 - octobre 2016

La place du médecin

par Céline Buchaillet
Céline Buchaillet Généraliste, médecin légiste Les médecins ont un rôle primordial dans le dépistage et la prise en charge des victimes de violences conjugales. Celles-ci trouvent auprès d’eux un …
N°75 - octobre 2016

La violence marque en couleurs

par Yacine Lamarche-Vadel
Yacine Lamarche-Vadel Médecin aux urgences, Fontainebleau. La mortalité des violences familiales est énorme. En France, deux enfants par jour, une femme tous les deux jours, un homme tous les …