Une souffrance illégitime ?

par Irène Mériaux, Pratiques N°75, octobre 2016

Irène Mériaux Gynécologue Lors d’une fausse couche, il est essentiel de reconnaître la souffrance liée à la perte de l’espérance. Hier, en consultation gynéco, j’ai reçu une patiente d’une trentaine d’années. Elle se plaignait de symptômes (douleurs lombaires, épigastriques, pelviennes…) pour lesquels elle avait vu des spécialistes (rhumato, gastro, psychiatre…) qui lui avaient prescrit une panoplie de médicaments (antalgique, antidépresseur, inhibiteurs de la pompe à protons…). Elle se présentait pour (...)

Accès réservé

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou

S'abonner

Abonnement à partir de 39€ avec accès immédiat aux articles.


Voir les offres d'abonnements

Commander ce numéro

Pratiques N°75 Les huis clos de la violence

Lire aussi

N°75 - octobre 2016

Édito

par Didier Ménard
Didier Ménard Médecin généraliste Tiens, revoilà les élections à la présidence de la République, dans la réalité actuelle faite de guerres, de souffrance, de peurs, de racisme… Un monde irréel va …
N°75 - octobre 2016

De la violence en huis clos théâtral

par Aurélie Ruby
Aurélie Ruby Metteuse en scène Spectacle Winter Guests, expériences d’exil — Compagnie du Pas Suivant Un travail de création théâtrale avec de jeunes réfugiés syriens ouvre un espace de violence interne …
N°75 - octobre 2016

Une violence familière

par Franck Chaumon
Franck Chaumon Psychiatre Se rendre sensible à la violence structurale de la médecine et de la psychiatrie, au sens où elle est intrinsèquement liée au métier lui-même, nous permet de mieux entendre …
N°75 - octobre 2016

Viol sur mineur : de quoi parle-t-on ?

par Adrien Henry
Adrien Henry Travailleur social Que recouvre la notion juridique de viol et des représentations qu’elle engendre, plus particulièrement sur les enfants ? Malgré la difficulté d’aborder et de parler …