Le bel oxymore

par Isabelle Canil, Pratiques N°75, octobre 2016

Isabelle Canil Orthophoniste Une institution. Des enfants. Une violence quotidienne. La violence se répète dit-on. Se perpétue. Se transmet. De père en fils, de mère en fille. De père en fille, de mère en fils. On voudrait comprendre. Les chiffres des statistiques révèlent que celui qui exerce des violences a le plus souvent eu à en subir. C’est écrasant. On va sur la lune et on ne sait pas arrêter le cycle de la violence. Je suis orthophoniste dans une institution qui reçoit des enfants… on ne (...)

Accès réservé

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou

S'abonner

Abonnement à partir de 39€ avec accès immédiat aux articles.


Voir les offres d'abonnements

Commander ce numéro

Pratiques N°75 Les huis clos de la violence

Lire aussi

N°75 - octobre 2016

Édito

par Didier Ménard
Didier Ménard Médecin généraliste Tiens, revoilà les élections à la présidence de la République, dans la réalité actuelle faite de guerres, de souffrance, de peurs, de racisme… Un monde irréel va …
N°75 - octobre 2016

L’ours du numéro 75

Pratiques, les cahiers de la médecine utopique est édité par Les éditions des cahiers de la médecine utopique, dont la présidente est Sylvie Cognard. La revue Pratiques est éditée depuis 1975. La …
N°75 - octobre 2016

Etre révolutionnaire ?

par Pinar Selek
Entretien avec Pinar Selek Sociologue, écrivaine Être révolutionnaire, dire non, ce n’est pas seulement revendiquer, c’est d’abord être heureux, apprendre à écouter, à regarder, se nourrir de …
N°75 - octobre 2016

Réfléchir son engagement

par Martine Devries
Entretien avec Martine Devries Médecin généraliste, responsable de la Plateforme de Service aux Migrants à Calais Comment s’engager sans devenir pathogène pour ceux auprès de qui on s’engage. Martine …