Un diagnostic en suspens

par Elisabeth Maurel-Arrighi, Pratiques N°67, novembre 2014

Le cadre de la médecine générale peut offrir à l’énigme de la psychose un espace de rencontre, et des formulations qui aident à dépasser les étiquettes psychiatriques. Le ressenti de chacun devient une boussole pour mieux ajuster les réponses de soin.

Accès réservé

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou

S'abonner

Abonnement à partir de 39€ avec accès immédiat aux articles.


Voir les offres d'abonnements

Pratiques N°67 La folie. Une maladie ?

Lire aussi

N°67 - octobre 2014

Transmettre la force de l’écoute

par Sylvie Cognard, Louis Velluet
Entretien avec Louis Velluet Propos recueillis par Sylvie Cognard Louis Velluet a œuvré sur le terrain et au niveau institutionnel pour que la médecine générale, qui intègre la connaissance du …
N°67 - octobre 2014

Laurent Dejente, photographe

par Philippe Bazin
Laurent Dejente est né à Sedan le 2 octobre 1961. Il vit et travaille aujourd’hui dans le Vaucluse. En 1984 quand il devient kinésithérapeute, il peint déjà. En 1991, installé à Marseille, il délaisse …
N°67 - octobre 2014

Vol au-dessus d’un nid de coucou 2

par Eric Bogaert
C’est un secteur de psychiatrie générale (i.e. pour adultes) centré sur la préfecture de ce département rural, avec une unité d’hospitalisation à temps complet de dix-huit lits, un hôpital de jour, un …
N°67 - octobre 2014

Diagnostic

par Eric Bogaert