Le corps du travailleur objet d’un deal

par Michel Nicolle, Pratiques N°80, février 2018

Michel Nicolle Membre de Réseau environnement santé (RES) et Alerte médecins sur les pesticides (AMLP) Celui qui n’a que sa force de travail doit accepter, pour survivre, les travaux les plus durs et les plus dangereux. Cette inégalité de base n’est jamais remise en question. Pour Marx, le travailleur ne vend pas un travail en soi mais sa force de travail, voire il la loue. Il le fait contre un salaire, il s’agit donc bien d’un rapport marchand. En vendant sa force de travail, c’est bien (...)

Accès réservé

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou

S'abonner

Abonnement à partir de 39€ avec accès immédiat aux articles.


Voir les offres d'abonnements

Commander ce numéro

Pratiques N°80 La marchandisation des corps

Lire aussi

N°80 - janvier 2018

Edito : La traque

par Sylvie Cognard
Sylvie Cognard Médecin retraitée Combien celui-là ? 500 dollars Et celle-là ? 350 dollars Et le petit là, c’est son gosse ? Oui Combien ? 200 dollars Je te prends les deux pour 400. Top là pour 450 Un …
N°80 - janvier 2018

Financiarisation des corps par la mine

par Christiane Vollaire
Christiane Vollaire Philosophe L’extraction minière est l’enjeu d’une spéculation financière qui s’augmente de la violence faite aux corps. Le texte s’organise autour de la figure d’un mineur en …
N°80 - janvier 2018

Quand le désir prend corps

par Eric Bogaert
Éric Bogaert Psychiatre retraité Tentative de distinguer les divers plans dans lesquels se déploie une question, comme toutes les questions humaines, dans l’espoir d’en permettre le repérage des …
N°80 - janvier 2018

Le corps « capital »

par Sylvie Cognard
Sylvie Cognard Médecin généraliste L’entreprise de soi est le nouvel ethos du sujet néolibéral dont le corps est géré comme un capital compétition. Les ascèses de la performance corporelle et …