Prendre parti

par Marie Kayser, Pratiques N°73, avril 2016

Sur quoi appuyons-nous nos choix ? D’où parlons-nous ? Une émission récente alertant sur les dangers des pesticides pour la santé s’est vue reprocher, à juste titre, d’avoir appuyé son argumentaire sur l’interprétation faussée d’une étude. Cet épisode a fait écho pour moi au dossier sur subjectivité/objectivité et m’a poussée à essayer de comprendre sur quoi je me suis appuyée pour faire des choix dans ma pratique de soins et au niveau des problématiques touchant à la santé. Pour en lire (...)

Accès réservé

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou

S'abonner

Abonnement à partir de 39€ avec accès immédiat aux articles.


Voir les offres d'abonnements

Commander ce numéro

Pratiques N°73 Subjectif objectif, l’inextricable

Lire aussi

N°73 - avril 2016

Le talon de fer

par Sylvie Cognard
Sylvie Cognard Médecin généraliste À l’heure du démantèlement de tous les services publics. 
À l’heure du dépeçage en règle : – du Code du travail, – de la médecine du travail, avec son corollaire …
N°73 - avril 2016

La subjectivité objective des patients

par Sylvie Fainzang
La subjectivité, qui résulte en partie de l’appartenance du sujet à un collectif, fonde en partie son interprétation de la maladie et ses recours thérapeutiques. Sa prise en compte permet de comprendre …
N°73 - avril 2016

Au clair de la lune

par Anne Perraut Soliveres
La nuit est le berceau de la subjectivité, son havre de paix, son pré carré, son petit nid douillet.
N°73 - avril 2016

La condition subjective du condamné

par Tony Ferri
L’obligation de soin dans un cadre judiciaire constitue, à bien des niveaux, une véritable injonction paradoxale, puisqu’elle est liée à une contrainte pénale éprouvée par le sujet comme contraire à …