Prendre parti

par Marie Kayser, Pratiques N°73, avril 2016

Sur quoi appuyons-nous nos choix ? D’où parlons-nous ? Une émission récente alertant sur les dangers des pesticides pour la santé s’est vue reprocher, à juste titre, d’avoir appuyé son argumentaire sur l’interprétation faussée d’une étude. Cet épisode a fait écho pour moi au dossier sur subjectivité/objectivité et m’a poussée à essayer de comprendre sur quoi je me suis appuyée pour faire des choix dans ma pratique de soins et au niveau des problématiques touchant à la santé. Pour en lire (...)

Accès réservé

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou

S'abonner

Abonnement à partir de 39€ avec accès immédiat aux articles.


Voir les offres d'abonnements

Commander ce numéro

Pratiques N°73 Subjectif objectif, l’inextricable

Lire aussi

N°73 - avril 2016

Le talon de fer

par Sylvie Cognard
Sylvie Cognard Médecin généraliste À l’heure du démantèlement de tous les services publics. 
À l’heure du dépeçage en règle : – du Code du travail, – de la médecine du travail, avec son corollaire …
N°73 - avril 2016

Fins de vie ?

par Christian Bonnaud
Écrire aujourd’hui en tant que soignant sur la fin de vie, c’est écrire sur l’équilibre entre l’espace du soin et la demande du patient. C’est de là que va partir ma …
N°73 - avril 2016

La subjectivité objective des patients

par Sylvie Fainzang
La subjectivité, qui résulte en partie de l’appartenance du sujet à un collectif, fonde en partie son interprétation de la maladie et ses recours thérapeutiques. Sa prise en compte permet de comprendre …
N°73 - avril 2016

Au clair de la lune

par Anne Perraut Soliveres
La nuit est le berceau de la subjectivité, son havre de paix, son pré carré, son petit nid douillet.