Platon et la biopolitique

Ayant établi qu’une cité a vocation à être administrée et qu’une telle tâche ne saurait revenir qu’à un corps spécial, les gardiens, « à la fois doux et remplis d’ardeur », dotés d’un « naturel philosophe », un corps sélectionné et tout entier voué au « bien supérieur de la cité », Platon en vient, au livre V de La République, à examiner la place qui, selon ce modèle pastoral, revient aux femmes et aux enfants.
Et Socrate doit en convenir : il lui va falloir revenir plus en détail sur « la question de la procréation des enfants – comment les enfants doivent être engendrés et, une fois qu’ils sont nés, comment on les élèvera – et, en général sur toute cette question de la communauté des femmes et des enfants dont tu parles ».

Alain Brossat
Philosophe


par Alain Brossat, Pratiques N°50, août 2010

Documents joints

Lire aussi

N°50 - août 2010

Les prunelles de mes yeux

par Marie-Odile Herter
Marie-Odile Herter Secrétaire de rédaction Un enfant, c’était évident. Plusieurs, peut-être. Un enfant unique ? Pas question. Et l’option père était obligatoire. Je suis fleur bleue, un enfant est le …
N°50 - août 2010

---- Première partie : Le désir à l’origine

Au-delà de la grossesse, de l’accouchement et de la naissance, qu’en est-il du désir d’enfant ? Désir de la femme ? De l’homme ? Du couple ?
 Y a-t-il un âge pour l’émergence de ce désir ? Quelle influence …
N°50 - août 2010

— Dossier : Mettre au monde

S’il est un domaine parmi les évènements de la vie qui a été largement transformé par l’évolution des techniques biomédicales et les changements sociaux, c’est bien celui de la venue au monde des enfants. …
N°50 - août 2010

Indécences

Les politiques de santé sont totalement liées à l’actualité politique et économique, dont elles sont un des symptômes. A l’heure où nous mettons sous presse, la une des journaux, abreuvée du vocabulaire …