Philippe Ramette, photographe

Philippe Bazin
Photographe

Philippe Ramette est né en 1961. Il est sculpteur, performeur et photographe. Il réalise des installations performatives qui mènent à des prises de vues photographiques qui nous forcent à nous interroger sur ce qu’on croit voir, ce qu’on voit vraiment. Or, à notre ère du tout numérique, Philippe Ramette réalise ces photographies sans aucun trucage in situ, ni aucune retouche numérique après coup. Chacune de ses œuvres semble manifester la réalisation de ce qui est impossible à l’homme, comme ici mener une vie quotidienne sous l’eau. La situation sous l’eau n’est d’ailleurs pas sans réactiver plusieurs fantasmes et réminiscences culturelles chez nous, comme : la peur de l’eau et de la noyage de l’enfance comme retour archaïque à notre condition in utero ; Vingt-mille lieues sous les mers de Jules Verne, où Ramette figurerait un capitaine Némo échappé du sous-marin comme un fou enfin libéré de ses entraves machiniques ; les films fantastiques où rodent hors champ le monstre marin venu nous dévorer, etc.
« Les sculptures doivent être considérées à travers la finalité qu’est la photo. Les prothèses ne sont que des outils, elles sont aussi importantes que leur fonction mais pas plus, d’ailleurs elles n’apparaissent pas sur les photographies. Elles sont dissimulés, invisibles à l’œil. Mais il ne faut pas oublier que ma démarche part des objets. Ces objets servent de point de départ à des micro-fictions. La base de mon travail ce sont les objets, mais je préfère dire prothèses. Elles sont nécessaires mais invisibles. » (Philippe Ramette, Catalogue rationnel, Paris, Galerie Xippas, 2004)
Les inversions de sens (de lecture) produites par Philippe Ramette nous renvoient donc en permanence à la machinerie nécessaire pour les produire, c’est-à-dire à notre position de regardeur. Or, si finalement nous acceptons ce qu’il nous propose, c’est au moyen de notre inversion consentie de l’ordinaire du visible. Le retournement produit en nous par Philippe Philippe Ramette incite à pense que le monde dans lequel nous vivons produit des contraires que nous acceptons chaque jour sans y réfléchir. Une sorte de micro servitude volontaire et généralisée. A contrario, ce que produit Philippe Ramette ne cesse de nous dire qu’un autre monde est possible.
« Ma démarche est une attitude contemplative. L’idée forte consiste à représenter un personnage qui porte un regard décalé sur le monde, sur la vie quotidienne. Dans mes photos je ne vois pas d’attirance pour le vide, mais la possibilité d’acquérir un nouveau point de vue. »

Philippe Ramette a récemment exposé à la galerie Xippas à Paris, à Montevideo en Uruguay, et à Genève. Ses principaux livres, Inventaire irrationnel en 2010 et Catalogue rationnel en 2004 donnent un aperçu de la richesse de son œuvre.


par Philippe Bazin, Pratiques N°77, avril 2017

Lire aussi

N°77 - avril 2017

La bécasse et le dindon

par Didier Morisot
Didier Morisot Infirmier psychiatrique Rien ne sert de courir, il faut savoir cirer ; Savoir cirer les pompes avec art et manière… À quoi bon en effet se bouger le derrière Si c’est, en fin de …
N°77 - avril 2017

Le professionnel « antimathématique »

par Monica Montabone
Monica Montabone Psychologue, Val d’Aoste, Italie Traduction par l’auteure et Alain Chabert Psychiatre, Aix-les-Bains Deux n’est pas le double de un, mais son contraire, le contraire de la …
N°77 - avril 2017

Tout est dans tout… et réciproquement !

par Philippe Gasser
Philippe Gasser Psychiatre d’exercice… mixte ! Tant qu’on a la santé, c’est pas pire que si c’était plus moins bien. Nous connaissons bien, dans les sphères psychiatriques, le processus de dénégation …
N°77 - avril 2017

…mais alors, qui peut pour lui ?

par Eric Bogaert
Rebond à l’article « Philippe n’en peut plus » de Séraphin Collé.