Où il y a de la parole, il y a du je(u)

par Claire De Firmas, Pratiques N°62, juillet 2013

Un langage en bonne santé se traduit par une parole spontanée, adressée à un autre et qui met en jeu la capacité de créer du sens et d’être en lien. Jouer, comme prendre la parole, c’est créer une réalité éphémère, arbitraire, imaginaire.

Accès réservé

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou

S'abonner

Abonnement à partir de 39€ avec accès immédiat aux articles.


Voir les offres d'abonnements

Commander ce numéro

Pratiques N°62 Le jeu dans le soin

Lire aussi

N°62 - juillet 2013

Lu pour vous : « Les serviteurs fatigués (les maîtres aussi) » par Alain Brossat

par Christiane Vollaire
La « fatigue » des serviteurs, c’est l’épuisement des travailleurs réduits à la servitude, que ce texte appelle à combattre.
N°62 - juillet 2013

La salle de jeux du pédiatre

par Alain Quesney
Etre pédiatre, c’est pouvoir continuer à jouer avec les enfants ou plutôt continuer à jouer comme un enfant.
N°62 - juillet 2013

On joue ?

par Isabelle Canil
Quand le marasme la submerge, l’orthophoniste n’a d’autre issue que de faire galoper les chevaux ! Jouer comme on se jette à l’eau...
N°62 - juillet 2013

Se construire par le jeu et l’échange

par Florence Quesney
Le projet de notre espace d’accueil, d’écoute et de jeu n’est pas le soin proprement thérapeutique, mais sa dimension préventive.