Laisser sa vie au vestiaire

par Anne Perraut Soliveres, Pratiques N°73, avril 2016

Anne Perraut Soliveres Cadre supérieur infirmier, praticien-chercheure Ce n’est pas la distinction (parfois indécidable) entre subjectivité et objectivité qui importe, mais plutôt la domination manifeste de l’objectivisme dans la conception de la médecine qui l’amène à disqualifier la subjectivité dans l’expression des symptômes comme dans l’exercice des soignants. Des pans entiers de savoirs, dits profanes, autour de la maladie échappent aux soignants, les laissant souvent à la porte du sens de la (...)

Accès réservé

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou

S'abonner

Abonnement à partir de 39€ avec accès immédiat aux articles.


Voir les offres d'abonnements

Commander ce numéro

Pratiques N°73 Subjectif objectif, l’inextricable

Lire aussi

N°73 - avril 2016

Amphibologie

par Yann Diener
Exercice de stylistique amphibologique à envoyer à tous les directeurs des ressources humaines et autres fournisseurs d’éléments de langage, eux qui voudraient que les phrases n’aient qu’un seul sens, …
N°73 - avril 2016

Plutôt mourir que souffrir !

par Anne Perraut Soliveres
A subjectivité subjectivité et demie…
N°73 - avril 2016

Chambre froide

par Patricia Chatelet
C’est une histoire. C’est l’histoire d’une jeune personne curieuse et pleine de vie, engagée dans une formation d’orthophoniste, avec un idéal accroché bien haut quelque part entre la lune et les étoiles  …
N°73 - avril 2016

Une recommandation en question

par Yves Demettre
Le dépistage organisé du cancer colorectal en France est basé depuis plus de dix ans sur le test hémoccult 21 et vient de laisser place au test immunologique, peut-on actuellement améliorer encore …