EBM, le grand écart

par Marie Kayser, Pratiques N°73, avril 2016

Marie Kayser Médecin généraliste enseignante En tant que généraliste enseignante, j’apprécie l’utilisation de l’Evidence Based Medicine (EBM) comme outil de formation des futurs généralistes. Une partie de la formation des internes en médecine générale est basée sur l’incitation à un travail réflexif sur des situations de soin. L’interne fait d’abord la narration d’une rencontre de soin où il a été en situation d’incertitude et où plusieurs stratégies de résolution pouvaient être utilisées... En bref, il (...)

Accès réservé

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou

S'abonner

Abonnement à partir de 39€ avec accès immédiat aux articles.


Voir les offres d'abonnements

Commander ce numéro

Pratiques N°73 Subjectif objectif, l’inextricable

Lire aussi

N°73 - avril 2016

Amphibologie

par Yann Diener
Exercice de stylistique amphibologique à envoyer à tous les directeurs des ressources humaines et autres fournisseurs d’éléments de langage, eux qui voudraient que les phrases n’aient qu’un seul sens, …
N°73 - avril 2016

Sciences : une neutralité politique ?

par Christiane Vollaire
Le meurtre ultra-violent d’un jeune chercheur italien par la police politique égyptienne vient rappeler que le vrai savoir exige un engagement scientifique dans son sens le plus courageux : le …
N°73 - avril 2016

La (dé)mesure de la qualité de vie

par Benjamin Derbez
Mesurer la qualité de vie des sujets dans la recherche clinique est un défi. Le recours aux outils de mesure de la qualité de vie relève, en fait, de techniques de subjectivation et occulte la nature …
N°73 - avril 2016

Produire une « vérité » corporelle

par Léopold Lambert
Produire un discours de vérité sur les corps revient à anticiper la manière dont ceux-ci vont agir à un niveau biologique, mais également à un niveau social. Tout écart de cette anticipation sera pensé …