De quelques écrits et de l’écriture

par Éric Bogaert, Pratiques N°100, mars 2023

Ces derniers mois sont parus quatre livres qui, sans être des traités de psychiatrie, en traitent. Objets littéraires, chacun à sa façon, que peuvent-ils nous dire de la pratique de cet art que serait la médecine ?

Éric Bogaert Psychiatre retraité Pierre Delion, Oury, donc, érès, 2022 Avant sa lecture, il y a l’objet livre : 150 pages de petite taille et très peu de marges, faites de lignes espacées qui tracent des rayures grises de grosses lettres fines et pâlottes. Tellement désagréable à lire que j’ai négligé l’exemplaire papier fourni par l’éditeur, pour sa version numérique. Texte mal servi. Ce livre est un hommage à Jean Oury. Dès le titre : Oury, donc, en référence à Il, donc, ce petit (...)

La Revue Pratiques réserve cet article à ses abonnés.

Pour lire la suite, abonnez-vous ou

S'abonner

Abonnement avec accès immédiat aux articles.


Voir les offres d'abonnements

Commander ce numéro

Pratiques N°100 Que reste-t-il de l’Art dans la médecine ?

Lire aussi

N°100 - janvier 2023

Pratiques renoue avec sa Journée de printemps et la rencontre de ses lecteurs et auteurs présents et futurs

par pratiques
Nous faisons le pari de nous retrouver le 3 juin 2023 à Paris autour de la question « Que reste-t-il de l’art médical aujourd’hui », que nous étendons bien évidemment à l’art de soigner. Cette …
N°100 - janvier 2023

Le sang froid du reptile

par Stéphane Magarelli
La question « Que reste-il de l’art dans la médecine ? » présuppose qu’il fut un temps où, sans doute, elle en fut un. Comment alors une discipline, élevée au rang d’art a-t-elle pu perdre une des …
N°100 - janvier 2023

L’art d’utiliser la science ?

par Olivier Boitard
Nous serions tentés de suivre Paul Valery et de réfléchir en silence. Parler, écrire sur l’art est prendre le risque d’être bavard, pas moins de dix significations pour le « dictionnaire culturel de …
N°100 - janvier 2023

Soigner avec le cœur, sans DSM

par Georges Yoram Federmann
En psychiatrie, le diagnostic freine les soins. Il aveugle le praticien et enferme l’usager. Il réduit les patients à la condition de « psychotiques chroniques » et nous invite à apprécier …