De l’angoisse à la « nature » des femmes

Paraphrasant le titre du célèbre ouvrage de Georges Devereux, De l’angoisse à la méthode, on souligne ici la façon dont l’enfouissement du travail de care dans la féminité permet d’éviter le sujet angoissant de la vulnérabilité.

Pascale Molinier
Professeur de psychologie à Paris 13


par Pascale Molinier, Pratiques N°52, janvier 2011

Documents joints

Lire aussi

N°52 - février 2011

Brevets ou « trouvailles » ?

par Natalia Calderón Beltrán
Natalia Calderón Beltrán, Étudiante en histoire et en sciences politiques En tant que nounou par intermittence et historienne en herbe, j’ai découvert que je faisais un travail invisible. Pour …
N°52 - février 2011

---- Deuxième partie : La place des femmes

La servitude à laquelle ont été éduquées les femmes est toujours d’actualité sous des formes différentes selon les milieux. Si d’aucunes ont réussi à s’extraire de la maison pour travailler, c’est au prix …
N°52 - février 2011

---- Dossier : Féminin invisible - La question du soin

Les femmes sont, depuis la nuit des temps, déléguées au modeste, au non prestigieux, et beaucoup s’en acquittent en silence. La répartition des responsabilités montre que les pouvoirs dominants ont …
N°52 - février 2011

Manières de femmes

Une ethnologue met à jour le travail invisible d’une désorceleuse qui redonne aux femmes le pouvoir d’agir sur leur sort.