Chronique d’une journée extra ordinaire

Caroline Lecollaire,
Ergothérapeute à La Réunion

Aujourd’hui, on aurait dû faire, avec certains patients de notre unité fermée, une sortie thérapeutique (comme il y en a quelques dimanches par an), mais voilà, la Covid est passée par là, alors pas de sortie ; qu’à cela ne tienne, on a organisé une journée exceptionnelle dans le pavillon.
Petit-déjeuner bacon et œufs brouillés, viennoiserie et vraies baguettes. Matinée balle aux prisonnier, fresque collective et Time’s up. Repas fait maison, salade, poulet rôti et riz zambrocal, café et petits gâteaux. Repas partagé où trente patients en soins sous contrainte avec l’équipe des soignants se restaurent sur une longue tablée dehors dans une ambiance festive. Après-midi blind test et photo avec accessoire rigolo dans des cadres aménagés, goûter gaufre.
Cette journée fut une bouffée d’air frais pour tous, l’angoisse se dissipe un peu, le lien à l’autre se fait un peu plus, le lien soignant/soigné se renforce un peu plus, le délire se contient un peu plus, une journée où la relation est au cœur du dispositif et où l’on rentre chez soi avec la certitude d’avoir fait du bon travail. Et ça fait du bien.
Dans ces jours sombres où l’on perd parfois le sens de notre soin, c’est un rappel que c’est encore possible, que l’énergie soignante est encore là, mais qu’il faut parfois un petit coup de pouce pour se lancer. Dans ces jours lumineux, l’institution est soignante, le cadre est contenant et les patients sont bien.
Je souhaite que ces jours perdurent, et qu’il y en ait plein d’autres, je souhaite que l’on arrive à trouver la formule pour faire comprendre à nos têtes pensantes que la relation soigne. Je souhaite que l’on trouve ensemble un projet cohérent pour que la psychiatrie, la belle psychiatrie fasse encore de beaux soins et accompagnements pour nos patients. Je pense qu’il faut partir de la base, de la formation, de ce que l’on transmet à nos stagiaires, à nos instituts de formation et que l’on soit étayés pour ça par des médecins chef de service qui ont un projet pour leur service, un vrai projet et une cohérence dans le cheminement des patients dans leur parcours de soins.

Je voulais juste partager cette journée avec vous.


par Caroline Lecollaire, Pratiques N°90, juillet 2020

Documents joints

Lire aussi

N°90 - juillet 2020

L’ours du numéro 90

Pratiques, les cahiers de la médecine utopique est édité par Les éditions des cahiers de la médecine utopique, dont la présidente est Sylvie Cognard. La revue Pratiques est éditée depuis 1975. La …
N°90 - juillet 2020

1943 : année préparatoire à la médecine, université de Strasbourg-Clermont Ferrand

par Françoise Lagabrielle
Françoise Lagabrielle, Médecin psychiatre retraitée, membre du Collectif Aquitaine de réflexion sur l’éthique biomédicale. Un médecin aux cheveux blancs et belle barbe de même couleur entre en se …
N°90 - juillet 2020

Une gestion à l’affectif

par Anne Perraut Soliveres
Anne Perraut Soliveres, Cadre supérieur infirmier, praticien-chercheure. La gestion en flux tendu induisant l’absence de stock de matériel hospitalier, imposée aux directeurs des hôpitaux, …
N°90 - juillet 2020

Écho du fond de l’entonnoir

par L.A. Woman
L.A Woman (LAW), Infirmière. Quelque part en France, la pandémie survient dans une unité de soins déjà en crise, d’un hôpital psychiatrique en crise depuis des lustres. Dans notre pavillon, la …