Annecy : avis de tempête en psychiatrie

par Anne Delègue, Pratiques N°97, juin 2022

Sous l’impulsion de l’ARS et en contradiction avec la législation, le Centre hospitalier général impose actuellement une transformation de la psychiatrie publique ambulatoire, avec fusions/suppressions de Centres médico-psychologiques et transformation des pratiques. Zoom sur la pédopsychiatrie.

Anne Delègue, pédopsychiatre intersecteur 74I01 Ici la psychiatrie publique, trois secteurs de psychiatrie adulte et un intersecteur (secteur) de psychiatrie infanto-juvénile (PIJ), dépend d’un hôpital général, le CHANGE (Centre Hospitalier ANnecy GEnevois). Les « lieux pivots des soins » sont implantés sur ce territoire : quatre centres médico-psychologiques pour adultes (CMPA) et trois centres médico-psychologiques infanto-juvénile (CMP-IJ), deux dans la Commune nouvelle d’Annecy et une antenne dans une (...)

Accès réservé

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou

S'abonner

Abonnement avec accès immédiat aux articles.


Voir les offres d'abonnements

Commander ce numéro

Pratiques N°97 « La Grande Sécu que nous voulons »

Lire aussi

N°97 - avril 2022

S’engager, toujours et encore

par Marie Rajablat
« Je peux me sentir Africaine, je peux me sentir Arabe, je peux me sentir Européenne mais pas moins que ça. Et c’est en ça que pour moi, les histoires de frontières n’ont pas de sens. » Ainsi parle …
N°97 - avril 2022

La pleine santé sur une planète vivante

par Eloi Laurent
L’enjeu écologique est encore largement absent des débats sur l’avenir du système de santé français. L’article propose de l’y inscrire en visant la protection de la « pleine santé » et en développant pour …
N°97 - avril 2022

Feu la Guidance…

par Jean-Marie De Lépinay
Jean-Marie de Lépinay, orthophoniste En écho aux récits des médecins du CMPP Tony Lainé (« Faut pas rêver », n° 96), j’ai voulu apporter un témoignage personnel de la mutilation extrêmement brutale, à l’été …
N°97 - avril 2022

Hospitalité ou hôtellerie

par Pierre Delion, Jean-François Rey
D’un côté, les dispositifs hospitaliers deviennent abstraits et les sommes qu’on soutire aux patients et à leurs familles deviennent exorbitantes, de l’autre, la psychiatrie se meurt et les dirigeants …