Vu : Les heures heureuses réalisé par Martine Deyres

Les heures heureuses, film réalisé par Martine Deyres, les Films du Tambour de Soie, 2019

Martine Deyres avait déjà réalisé, en 2015, Le sous-bois des insensés. Une traversée avec Jean Oury, et Jean Oury, rencontre à la Borde.
Elle réalise là un montage d’extraits de vieux films retrouvés dans un carton de la bibliothèque du centre hospitalier de Saint Alban, avec des photos et des commentaires. Certains, archives sonores, nous font entendre Balvet, Bonnafé, Tosquelles, d’autres sont des enregistrements d’infirmiers témoins de cette époque. Certains de ces films ont été tournés par Francesc (la réalisatrice lui conserve son prénom catalan) Tosquelles lui-même, d’autres par des membres du personnel. Ce montage, qui respecte ici ou là les écrans d’intertitres pédagogiques insérés par Tosquelles, nous montre la vie quotidienne des malades, des soignants, des religieuses, de la population, l’art brut, la guerre, la résistance… Il est un témoignage vivant, sensible, émouvant, subtilement pédagogique, d’une nostalgie poétique, de ce pan de l’histoire de cet hôpital à dimension (au propre et au figuré) humaine, qui se confond avec les débuts de l’histoire du mouvement de la psychothérapie institutionnelle. On voit, on perçoit, une ambiance respectueuse et attentive à l’autre, fou, et le souci qu’il vive une vie d’homme, de citoyen. On voit, on perçoit, sans grandes explications théoriques, ce qu’est la psychothérapie institutionnelle. On la voit naître.
Et surtout – c’est pourquoi cette note a sa place dans ce numéro de la revue, à la croisée d’un Éloge et d’un manifeste – on entend ce témoignage, que j’ignorais, et dont les sources ne sont pas citées, que Bonnafé (inventeur du secteur psychiatrique) et Tosquelles (inventeur de la psychothérapie institutionnelle) appelaient, au cours de leurs « visites à domicile » dans les monts et causses de Lozère, leur travail de l’époque, la « géo-psychiatrie » ! L’urbanisme a bien sa place dans cette affaire.

par Eric Bogaert, Pratiques N°89, mai 2020

Lire aussi

N°89 - avril 2020

Le nouvel esprit de la psychiatrie

par Perrine Hélias
Dr Perrine Hélias, psychiatre et responsable de l’Etablissement de santé mentale de la Mutuelle générale de l’éducation nationale (ESM MGEN) de Toulouse Texte ayant servi pour l’intervention au …
N°89 - avril 2020

Soigner c’est d’abord accueillir

par Delphine Glachant
Delphine Glachant, psychiatre Dire par où est apparu ce sentiment d’être arrivée au bout de ce qu’il est humainement possible de supporter du non-sens. C’est ainsi que peut se formuler ce qui m’a …
N°89 - avril 2020

La liberté de penser en danger

par Pascal Boissel
Pascal Boissel, psychiatre De 2004 jusqu’à ces derniers mois, les attaques contre la psychanalyse, avec une volonté explicite de l’éradiquer, se sont multipliées. Cet acharnement mérite qu’on s’y …
N°89 - avril 2020

Lu : Éloge de la psychiatrie de secteur, Pierre Delion, avec Madeleine Alapetite, Mathieu Bellahsen et Sandrine Deloche

par Eric Bogaert
Éloge de la psychiatrie de secteur, Pierre Delion, avec Madeleine Alapetite, Mathieu Bellahsen et Sandrine Deloche, aux éditions d’une, Paris, 2019 Ce livre est un patchwork illustrant ce qu’est …