« Tu pues du bec »

Éloi Valat
Dessinateur

  1. « Beaucoup fumé ? » Oui, enfin... oui [tu te souviens de la première cigarette...]

Il s’agit d’une très importante néoformation de la région amygdalo-véllaire et amygdalo-pharingée gauche, la lésion est du type ulcéro-végétant, occupant la totalité de la région amygdalienne ; le bord libre du voile qui est amputé presque jusqu’à la luette à gauche, et la paroi latérale du pharynx à gauche qui est végétante jusqu’à la paroi postérieure. En bas, la lésion descend sur 2 ou 3 cm au-dessous du pôle inférieur de l’amygdale. En haut, la lésion est peu visible, mais semble remonter derrière le voile.

  1. « Tu pues du bec ! », c’est un élève de la classe de première, interne en blouse grise à manchons et en pantoufles, qui le lui dit. Taiseux par la douleur, tu restes muet, déglutir, parler et manger font mal.

Infiltration de l’amygdale par une prolifération cellulaire réticulo-lymphoblastique qui, étant donnée son activité mitopique élevée, sa non-limitation et son caractère infiltrant doit être considérée comme maligne. Il peut s’agir d’un RETICULO-LYMPHOBLASTO-SARCOME ou une RETICULOSE.

  1. Toutes les cigarettes fumées en chaîne, comme ça, tiges après tiges, aux interclasses et en classe aussi, quand le prof fumait [... depuis cette première cigarette...]

L’enfant est adressé à Curie pour thérapeutique. Le traitement se fera de façon ambulatoire.
[...] Il semble que le malade réagisse assez bien aux radiations [...] Fin de traitement. on va ajouter un petit surdosage de séances localisé de 6 x 6 sur l’ulcération de la région amygdalienne. Dose administrée : 6 500 R en trois champs : maxillaire latéral gauche, latéral droit, postérieur antérieur gauche. Le malade paraît aller assez bien.

Accompagné de ta mère, tu t’es rendu tous les jours au Pavillon Curie. Les cheveux tombaient, et bientôt les dents. Un jour vint où la douleur disparut.

[... de la première cigarette à 14 ans, offerte par ton cousin quand il t’a confié un si violent secret, ensuite tu t’es tu.]


Tu te souviendras de la jeune fille qui attendait avec toi dans l’antichambre de la radiothérapie, visage, membres, flancs décharnés, déjà perdue, muette, toujours souriante, de quel secret meurs-tu ? où es-tu jeune enfant ?


par Eloi Valat, Pratiques N°75, octobre 2016

Documents joints

Lire aussi

N°75 - octobre 2016

Etre révolutionnaire ?

par Pinar Selek
Entretien avec Pinar Selek Sociologue, écrivaine Être révolutionnaire, dire non, ce n’est pas seulement revendiquer, c’est d’abord être heureux, apprendre à écouter, à regarder, se nourrir de …
N°75 - octobre 2016

Réfléchir son engagement

par Martine Devries
Entretien avec Martine Devries Médecin généraliste, responsable de la Plateforme de Service aux Migrants à Calais Comment s’engager sans devenir pathogène pour ceux auprès de qui on s’engage. Martine …
N°75 - octobre 2016

A qui signaler ?

par Marie Kayser
Marie Kaiser Médecin généraliste En cas de danger grave pour un mineur nécessitant une protection judiciaire immédiate, toute personne doit, sans délai, aviser le procureur de la République (au …
N°75 - octobre 2016

Obliger à signaler : 20 bonnes raisons

par Catherine Bonnet, Jean-Louis Chabernaud
Catherine Bonnet Psychiatre d’enfant et d’adolescent, Chevalier dans l’Ordre de la Légion d’honneur (2001) et Jean-Louis Chabernaud Pédiatre, UF SMUR pédiatrique, Hôpital Antoine Béclère (AP-HP), …