Stopper la violence, c’est possible

par Sandrine Pokorski, Pratiques N°75, octobre 2016

Sandrine Pokorski Directrice de l’ANAR (Association nivernaise d’accueil et de réinsertion) L’ANAR accueille les auteurs de violence sur décision de justice afin de les aider à prendre conscience de leur comportement et de tenter d’y remédier. En 2006, une loi est passée permettant l’éviction du domicile conjugal de la personne auteur de violences. Dans le processus d’accueil à l’ANAR, il y a d’abord un dépôt de plainte par la victime puis les auteurs sont orientés vers nous par le parquet. On a (...)

Accès réservé

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou

S'abonner

Abonnement à partir de 39€ avec accès immédiat aux articles.


Voir les offres d'abonnements

Commander ce numéro

Pratiques N°75 Les huis clos de la violence

Lire aussi

N°75 - octobre 2016

Etre révolutionnaire ?

par Pinar Selek
Entretien avec Pinar Selek Sociologue, écrivaine Être révolutionnaire, dire non, ce n’est pas seulement revendiquer, c’est d’abord être heureux, apprendre à écouter, à regarder, se nourrir de …
N°75 - octobre 2016

Une violence familière

par Franck Chaumon
Franck Chaumon Psychiatre Se rendre sensible à la violence structurale de la médecine et de la psychiatrie, au sens où elle est intrinsèquement liée au métier lui-même, nous permet de mieux entendre …
N°75 - octobre 2016

La violence conjugale masculiniste

par Patric Jean
Patrick Jean Cinéaste Lorsque la violence conjugale est évoquée, il est rare que soit abordée la manière dont celle-ci peut être rendue idéologiquement légitime. Ne faut-il pourtant pas considérer la …
N°75 - octobre 2016

Violence et famille

par Alain Chabert
Alain Chabert Psychiatre Comment les grands mythes familiaux (Caïn et Abel, Œdipe, Totem et Tabou…), la philosophie d’Arendt, le film Festen, et quelques concepts systémiques, peuvent éclairer la …