Rendre service

par Sylvie Cognard, Pratiques N°59, novembre 2012

Le soignant peut être incité à l’apprentissage de certains gestes à risque par le patient qui lui fait confiance ou par des circonstances exceptionnelles. Il développe alors des précautions minutieuses.

Accès réservé

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou

S'abonner

Abonnement à partir de 39€ avec accès immédiat aux articles.


Voir les offres d'abonnements

Commander ce numéro

Pratiques N° 59 L’erreur en médecine

Lire aussi

N°59 - décembre 2012

Une alliance scandaleuse

par Claire De Firmas
Certains qui ont pour mission de soigner des enfants organisent au contraire pour leur seul profit et celui des laboratoires pharmaceutiques la dépendance toxicologique qui en fera des citoyens …
N°59 - décembre 2012

Le spectre de l’innommable

par Renaud Soliveres
Le milieu du soin est affecté par le fantasme entretenu d’une catastrophe annoncée. On peut cependant détricoter certains pièges à condition de les nommer et de les affronter …
N°59 - décembre 2012

Annoncer un dommage : pas si simple

par Eric Galam
Signe des temps, la Haute Autorité de Santé (HAS) a publié en 2011 un guide destiné à aider les soignants à la transparence en cas de dommages associés aux …
N°59 - décembre 2012

Un différend sans issue

par Alain Brossat
Alain Brossat analyse, à partir de la réalité du décès d’un proche, la violence irréparable que constitue l’indifférence des soignants, à l’égard de leur responsabilité comme de la souffrance de …