Pilules

Serge Sadois
retraité actif

Docteur,
Je fais mes piluliers tous les quatre jours, trois boîtes vertes et une bleue avec trois cases cha-cune, pour la case du matin, j’ai un comprimé rose pour limiter les crises d’épilepsie suite à un AVC en 2002, je la prends aussi le soir, et, de plus, le midi, pour éviter une récidive d’accident vasculaire et me fluidifier le sang, un sachet de poudre à dissoudre qui, lui, est accompagné d’une gélule jaune que je prends aussi le matin et le soir, gélules spécialement faites à la main pour moi par le pharmacien afin de lutter contre une insuffisance rénale découverte en 2016, dans ces mêmes trois cases (matin, midi et soir), c’est un comprimé heureusement sécable parce que le matin ce n’est qu’un demi, ceux-là, c’est pour les soucis du système biliaire découverts en 2018, sans compter que pour faire baisser mon hypertension artérielle diagnostiquée en 1985, j’ai un petit comprimé blanc le matin et une gélule grise le soir, un peu de couleur, pour changer, ça fait pas de mal, et comme je suis un fabricant récidiviste de lithiases rénales depuis 1978, j’ai un gros comprimé blanc matin et soir qui les éviterait, paraît-il, l’efficacité n’étant pas vraiment prouvée, mais on ne sait jamais, n’oublions pas qu’avec l’âge, ma prostate est, elle aussi, un tout petit peu fatiguée et qu’il m’a été prescrit une gélule, à peine blanche, avant le coucher, j’y ajoute une petite bleue contre les acariens parce que, pour calmer mon colon malade et la fin du grêle qui n’est pas mieux, j’ai deux fois par mois des piqûres d’immunosuppresseurs qui ruinent la Sécu d’une part et un peu mon équilibre cutané d’autre part, ce qui implique une autre toute petite pilule blanche le matin pour y remédier et, enfin, pour finir, il y a une injection d’EPO, c’est pas pour faire le Tour de France vu que je ne sais pas faire de vélo, mais pour lutter contre l’anémie causée par le manque de vivacité des reins.
C’est tout.
Je crois que je n’ai rien oublié.
Docteur, pensez-vous qu’il serait utile de me prescrire des séances d’atelier mémoire ?


par Serge Sadois, Pratiques N°92, février 2021

Documents joints

Lire aussi

N°92 - janvier 2021

L’ours du n° 92

Pratiques, les cahiers de la médecine utopique est édité par Les éditions des cahiers de la médecine utopique, dont le président est Patrick Dubreil. La revue Pratiques est éditée depuis 1975. La …
N°92 - janvier 2021

Un habitat pour mieux vieillir

par Marthe Tournou
Marthe Tournou Un habitat nommé L’Ostal (maison en occitan), participatif, intergénérationnel, solidaire et écologique. Figeac, ville de près de 10 000 habitants, dans le département du Lot, le …
N°92 - janvier 2021

Euthanasie volontaire

par Georges Yoram Federmann
Georges Yoram Federmann Psychiatre Décider du moment de mourir comme un art de vivre… « la mort ne vient pas comme une défaite mais comme un triomphe, le couronnement de toute une vie, son moment …
N°92 - janvier 2021

Humanité et soin en gériatrie fin 2020

par Sophie Moulias
Sophie Moulias Médecin gériatre Depuis mars 2020, avec le confinement, le port du masque, les rapports interhumains ont changé. Où en est aujourd’hui l’humanité dans le soin masqué ? Les réflexions …