Pas de soin sans soignants soignés

par Lionel Leroi-Cagniart, Pratiques N°78, juillet 2017

Lionel Leroi-Cagniart Psychologue du travail Ignorer la volonté farouche de bien faire qui préexiste à l’action, c’est prendre le risque de noyer l’organisation dans une mer de paperasserie qui s’autojustifie. Si les collectifs avaient voix au chapitre, on distinguerait l’essentiel de l’accessoire sans être empêchés de faire du bon boulot. Le couloir du mardi Le matin, il suffit d’être présent, de regarder et d’écouter. L’irréel long silence d’un couloir peut parfois en dire davantage qu’une réelle (...)

Accès réservé

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou

S'abonner

Abonnement à partir de 39€ avec accès immédiat aux articles.


Voir les offres d'abonnements

Commander ce numéro

Pratiques N°78 Essence et sens du soin

Lire aussi

N°78 - juillet 2017

La loi du silence

par Isabelle Busson
Isabelle Busson Un témoignage qui pose les questions éthiques de l’accompagnement d’un proche en état végétatif chronique appelé aussi état pauci relationnel, suite à une réanimation. Ma sœur Gina …
N°78 - juillet 2017

Le sens obstinément

par Sandrine Deloche
Sandrine Deloche Médecin pédopsychiatre. Parmi les insensés qui encerclent la psychiatrie, il y a la question de la privation. L’enfermement, la contention des fous, mais aussi la confiscation des …
N°78 - juillet 2017

Et la participation active des usagers

par François Meuret
François Meuret Médecin généraliste retraité Rebond à l’article d’Yves Demettre : Accompagner les toxicomanes L’arrivée des traitements de substitution aux produits opiacés (Subutex®, méthadone) dans les …
N°78 - juillet 2017

Bricoler du soin

par Jacques De Turenne
Jacques de Turenne Infirmier, psychologue Bricoler du soin, c’est relancer soignants et soignés dans un travail de construction identitaire à travers le repérage des traces et effets de leur …