Médecine, histoire et judiciarisation

par Sylvie Cognard, Pratiques N°59, novembre 2012

Les médecins n’ont pas toujours eu à rendre compte de leurs actes. Ce n’est qu’au cours des quatre derniers siècles que ce concept s’est développé.

Accès réservé

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou

S'abonner

Abonnement à partir de 39€ avec accès immédiat aux articles.


Voir les offres d'abonnements

Commander ce numéro

Pratiques N° 59 L’erreur en médecine

Lire aussi

N°59 - décembre 2012

Une alliance scandaleuse

par Claire De Firmas
Certains qui ont pour mission de soigner des enfants organisent au contraire pour leur seul profit et celui des laboratoires pharmaceutiques la dépendance toxicologique qui en fera des citoyens …
N°59 - décembre 2012

Apprendre à parler de ses erreurs

par Cécile Roche Dominguez
Les étudiants en médecine, confrontés régulièrement à l’erreur, la leur ou celle des autres, ont encore très peu d’enseignement sur le sujet. Pourtant, ils n’attendent que …
N°59 - décembre 2012

Faute de culture

par Eric Bogaert, Juliette Stoupy
Qui pratique la médecine comme une technique, en méconnaissant son histoire (celle de la médecine... et la sienne aussi, tant qu’on y est), ainsi que l’histoire du patient, …
N°59 - décembre 2012

Soins : l’erreur est humaine ?

par Eric Galam
Les progrès médicaux induisent une tolérance décroissante au risque : l’efficacité paraît naturelle et le droit aux soins est souvent confondu avec le droit à la guérison et à la …