Le droit à l’insurrection

Sylvie Cognard
Médecin généraliste

        1. Dans la nuit du 4 au 5 août 1789, la toute nouvelle Assemblée constituante votait l’abolition des privilèges. Les privilégiés de l’époque désignés étaient la noblesse et le clergé.

À écouter nos gouvernants, les privilégiés d’aujourd’hui seraient les fonctionnaires, les retraités, les étudiants, les chômeurs et les exilés qui tous ruineraient la France. Des privilégiés fainéants, qui ne comprennent rien à la politique et à l’économie, des assistés, des fraudeurs… Des « privilégiés » que nos gouvernants et leurs « chiens de garde médiatiques » [1] voudraient persuader, à grands coups de propagande, qu’il n’y a pas d’alternative.

  1. Sur les ondes matin, midi et soir : il n’y a pas d’alternative.

Vous vous exprimez, vous vous mobilisez : cela ne sert à rien, il n’y a pas d’alternative.

Courbez l’échine, serrez-vous la ceinture que diable ! Il n’y a pas d’alternative.

Cheminots, policiers, enseignants, infirmières, aides-soignantes vous gagnez des fortunes et bénéficiez de privilèges exorbitants !

Retraités improductifs, faites un petit effort pour aider les jeunes !

Étudiants, n’imaginez pas que vos études ne coûtent rien, votre éducation est un poids pour la société !

Chômeurs, mais cherchez donc du travail et cessez de frauder !

Étrangers, retournez chez vous, nous ne pouvons pas accueillir toute la misère du monde !

  1. Puisqu’on vous dit qu’il n’y a pas d’alternative !

Allez, allez, salariés du privé contre fonctionnaires, vieux contre jeunes, jeunes contre vieux, travailleurs contre chômeurs, français contre étrangers, malades contre bien-portants écharpez-vous ! Pendant ce temps-là, nos actionnaires s’enrichissent, les grandes multinationales échappent au fisc et accumulent les profits.

Eh bien non, pas d’accord ! Nous aimons nos métiers, nous aimons le travail bien fait. Nous ne voulons plus nous laisser dicter nos façons de travailler par des gestionnaires qui n’y connaissent rien. Tous les soi-disant « privilégiés » ont le simple souhait de vivre heureux sans peur du lendemain et ils n’ont rien à voir avec la noblesse et le clergé de 1789. En vrac, démolis, en burn-out, ils en ont marre de subir des maltraitances.

Bien sûr que les alternatives existent ! Demandez-les aux gens de terrain, ils les connaissent très bien.

Le 24 juin 1793 naissait une constitution jamais appliquée… Dommage !

Article premier : le but de la société est le bonheur commun. Le gouvernement est institué pour garantir à l’homme la jouissance de ses droits naturels et imprescriptibles.

Dernier article : quand le gouvernement viole les droits du peuple, l’insurrection est, pour le peuple et pour chaque portion du peuple, le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs.


par Sylvie Cognard, Pratiques N°81, mai 2018


[1En référence au film Les nouveaux chiens de garde de Gilles Balbastre et Yannick Kergoat, 2012.


Lire aussi

N°81 - avril 2018

Ne nous laissons pas voler la Sécu !

par Bernard Friot
Bernard Friot Professeur émérite de l’université Paris Nanterre Auteur aux éditions La Dispute de : L’Enjeu des Retraites (2010), L’enjeu du salaire (2012), Puissances du salariat (2012, nouvelle édition …
N°81 - avril 2018

Marianne

par Mathilde Boursier
Mathilde Boursier Médecin généraliste Marianne marche à petits pas, courbée, les yeux fixés au sol. Marianne a mal au dos. Et dans les jambes et aussi aux pieds. Marianne est triste. Elle dit …
N°81 - avril 2018

Quand on peut donner sens à la douleur

par Sylvie Cognard
Sylvie Cognard Médecin généraliste retraitée L’accouchement est un rendez-vous avec soi-même : son histoire, son corps, son avenir. Un rendez-vous d’une intensité émotionnelle unique qui change …
N°81 - avril 2018

IPP, évaluer la douleur !

par Yveline Frilay
Yveline Frilay Médecin généraliste La consolidation d’un accident de travail ou d’une maladie professionnelle se définit par la stabilisation des lésions décrites sur le certificat médical initial …