La subjectivité objective des patients

par Sylvie Fainzang, Pratiques N°73, avril 2016

La subjectivité, qui résulte en partie de l’appartenance du sujet à un collectif, fonde en partie son interprétation de la maladie et ses recours thérapeutiques. Sa prise en compte permet de comprendre les divergences entre médecin et patient pouvant émerger de la prise en charge. En dépit de la tendance croissante du corps médical à se référer à ce qu’on appelle l’Evidence Based Medicine (la médecine basée sur les preuves) et à affirmer, avec raison, la nécessité de recourir à des mesures objectives pour (...)

Accès réservé

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou

S'abonner

Abonnement à partir de 39€ avec accès immédiat aux articles.


Voir les offres d'abonnements

Commander ce numéro

Pratiques N°73 Subjectif objectif, l’inextricable

Lire aussi

N°73 - avril 2016

Le talon de fer

par Sylvie Cognard
Sylvie Cognard Médecin généraliste À l’heure du démantèlement de tous les services publics. 
À l’heure du dépeçage en règle : – du Code du travail, – de la médecine du travail, avec son corollaire …
N°73 - avril 2016

La subjectivité, ça se travaille

par Lanja Andriantsehenoharinala
Les Français sont attachés à la Sécurité sociale, nous dit-on. Et moi, soignante, quel regard subjectif je porte à cette grande dame ? Ce qui m’influence, d’abord, c’est ce que les patients me donnent à …
N°73 - avril 2016

L’objet du sujet

par Anne-Laure Donskoy
Que veulent dire objectivité et subjectivité en psychiatrie face à l’automutilation ? Cet article se fonde sur le vécu de l’auteur qui est une survivante de la psychiatrie et chercheur en sciences …
N°73 - avril 2016

Au clair de la lune

par Anne Perraut Soliveres
La nuit est le berceau de la subjectivité, son havre de paix, son pré carré, son petit nid douillet.