La subjectivité objective des patients

par Sylvie Fainzang, Pratiques N°73, avril 2016

Sylvie Fainzang Anthropologue, directrice de recherche à l’INSERM (Cermes3), auteur de : L’automédication ou les mirages de l’autonomie, PUF, 2012 (Prix Prescrire 2013) ; La relation médecins-malades : information et mensonge, PUF, 2006 ; Médicaments et société. Le patient, le médecin et l’ordonnance, PUF, 2001. La subjectivité, qui résulte en partie de l’appartenance du sujet à un collectif, fonde en partie son interprétation de la maladie et ses recours thérapeutiques. Sa prise en compte permet de (...)

Accès réservé

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou

S'abonner

Abonnement avec accès immédiat aux articles.


Voir les offres d'abonnements

Commander ce numéro

Pratiques N°73 Subjectif objectif, l’inextricable

Lire aussi

N°73 - avril 2016

Amphibologie

par Yann Diener
Exercice de stylistique amphibologique à envoyer à tous les directeurs des ressources humaines et autres fournisseurs d’éléments de langage, eux qui voudraient que les phrases n’aient qu’un seul sens, …
N°73 - avril 2016

La subjectivité, ça se travaille

par Lanja Andriantsehenoharinala
Les Français sont attachés à la Sécurité sociale, nous dit-on. Et moi, soignante, quel regard subjectif je porte à cette grande dame ? Ce qui m’influence, d’abord, c’est ce que les patients me donnent à …
N°73 - avril 2016

La (dé)mesure de la qualité de vie

par Benjamin Derbez
Mesurer la qualité de vie des sujets dans la recherche clinique est un défi. Le recours aux outils de mesure de la qualité de vie relève, en fait, de techniques de subjectivation et occulte la nature …
N°73 - avril 2016

Le salut de l‘écologie subjective

par Sandrine Deloche
Éprouver notre subjectivité intime, collective est un des fondements existentiels. Attaquer le soin psychique, c’est fragiliser cet en-commun. S’y opposer, c’est décider d’un type d’écologie, …