La prison, le médecin… le secret

par Jean-Luc Boussard, Pratiques N°64, février 2014

Le respect du droit au secret médical pour les personnes placées sous main de justice, bien qu’affirmé et très encadré, requiert des personnels soignants une vigilance de tous les instants et la capacité de dire non aux trop nombreuses sollicitations.

Accès réservé

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou

S'abonner

Abonnement à partir de 39€ avec accès immédiat aux articles.


Voir les offres d'abonnements

Commander ce numéro

Pratiques N°64 Le secret en médecine

Lire aussi

N°64 - février 2014

P4P : La boîte à secrets

par Lanja Andriantsehenoharinala
La Rémunération sur Objectifs de Santé Publique (ROSP), paiement à la performance des médecins généralistes, est un dispositif entouré de zones d’ombre.
N°64 - février 2014

Le détournement du secret

par Alain Carré, Dominique Huez, Odile Riquet
Les employeurs, en instrumentalisant l’Ordre, détournent le secret médical de son unique objet qui est l’intérêt de la santé du patient, pour dissimuler leur …
N°64 - février 2014

Le secret médical, une force de loi

par Yveline Frilay, Marie Kayser
Tout patient dira ou pensera un jour : « je peux le dire à « mon » médecin puisqu’il est soumis au secret médical », tout médecin sait que le secret médical est une condition sine qua non de son exercice, mais …
N°64 - février 2014

Secret et confidentialité des informations médicales

par Sylvie Fainzang
Glissements dans les façons de donner, taire ou divulguer des informations : quel objet du secret, quelle figure du patient ?