L’effet serendip des 35 heures

par Jean-Pierre Laguens, Pratiques N°77, avril 2017

Jean-Pierre Laguens Médecin généraliste Bien que conçue et mise en place par un gouvernement socialiste, dans une optique qu’on pouvait penser a priori comme étant au service des classes économiques modestes, cette mesure peut avoir eu un certain nombre d’effets imprévus sur leur santé. La première fois que j’ai rencontré le terme de sérendipité, c’était dans l’ouvrage d’Alain Peyrefitte Le Mal Français, où il est une tête de chapitre. Pour faire simple, ce sont les effets imprévus d’une décision qui (...)

Accès réservé

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou

S'abonner

Abonnement à partir de 39€ avec accès immédiat aux articles.


Voir les offres d'abonnements

Commander ce numéro

Pratiques N°77 Tout le contraire !

Lire aussi

N°77 - avril 2017

La bécasse et le dindon

par Didier Morisot
Didier Morisot Infirmier psychiatrique Rien ne sert de courir, il faut savoir cirer ; Savoir cirer les pompes avec art et manière… À quoi bon en effet se bouger le derrière Si c’est, en fin de …
N°77 - avril 2017

Un beau gâchis

par François Monty
François Monty Directeur de la gestion Un bel exemple où l’absence de concertation lors d’un changement stratégique dans une entreprise de services a mis à bas toute l’organisation du travail …
N°77 - avril 2017

Les 35 heures, un privilège ?

par Anne Perraut Soliveres
Anne Perraut Soliveres Cadre supérieur infirmier, praticien-chercheure Les trente-cinq heures font partie de ces décisions politiques dont les buts énoncés étaient fondés sur la nécessité de diminuer …
N°77 - avril 2017

Affronter la brutalisation politique

par Christiane Vollaire
Christiane Vollaire Philosophe Ce texte, faisant suite à celui de Danielle Bidoit, donne la séquence ultérieure du parcours de Johann en en complétant la contextualisation. En hommage à Johann …