Les 35 heures, un privilège ?

par Anne Perraut Soliveres, Pratiques N°77, avril 2017

Anne Perraut Soliveres Cadre supérieur infirmier, praticien-chercheure Les trente-cinq heures font partie de ces décisions politiques dont les buts énoncés étaient fondés sur la nécessité de diminuer le nombre de personnes sans emploi tout en améliorant les conditions de travail de ceux qui en avaient déjà un. On ne peut que partager cette logique implacable… si les calculs en étaient restés à ce niveau de compréhension. Or, c’était sans compter les mille et une stratégies qui allaient se mettre en (...)

Accès réservé

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou

S'abonner

Abonnement à partir de 39€ avec accès immédiat aux articles.


Voir les offres d'abonnements

Commander ce numéro

Pratiques N°77 Tout le contraire !

Lire aussi

N°77 - avril 2017

L’ours du numéro 77

Pratiques, les cahiers de la médecine utopique est édité par Les éditions des cahiers de la médecine utopique, dont la présidente est Sylvie Cognard. La revue Pratiques est éditée depuis 1975. La …
N°77 - avril 2017

Et si on les rééduquait ?

Anne Perraut Soliveres Cadre supérieur infirmier, praticien-chercheure Il y a des jours où certains politiciens seraient bien inspirés de rester chez eux. Ce cher Monsieur F (très très cher si l’on …
N°77 - avril 2017

L’effet serendip des 35 heures

par Jean-Pierre Laguens
Jean-Pierre Laguens Médecin généraliste Bien que conçue et mise en place par un gouvernement socialiste, dans une optique qu’on pouvait penser a priori comme étant au service des classes économiques …
N°77 - avril 2017

De la servitude des syndicats prospères

par Patrick Dubreil
Patrick Dubreil Médecin généraliste Article issu de l’analyse d’un groupe de travail du Syndicat de la Médecine Générale La convention médicale est un ensemble de textes qui régit les liens entre les …