Je ne suis qu’une patiente…

Yolande Rousseau

Paradoxalement, pour moi Pratiques a commencé par du publipostage !
Patrice Muller et Christian Nachon avaient ouvert un cabinet à la fois médical et militant. En dehors des consultations, à leur initiative, nous avions fondé l’association « Ça vous chatouille ou ça vous grattouille ». Une fois par trimestre environ, nous organisions une réunion autour d’un thème médical. Des docteurs mettaient la médecine à notre portée et surtout l’envisageaient d’une façon différente, incluant le patient et le considérant dans son environnement social. Ils nous offraient une nouvelle approche de la médecine qui incluait l’information, le dialogue, l’écoute. Pour moi, ce fut une révélation !
Malgré mon implication dans l’association, je ne connaissais pas Pratiques. Un jour, Patrice a proposé à ma fille de faire la mise sous pli de la revue contre un peu d’argent de poche. Il fallait la glisser dans les enveloppes, puis les trier par département et mettre le tout dans des cartons. Pas très rigolo à faire seule, alors elle m’a demandé si je pouvais l’aider. Bien sûr, j’ai accepté et j’en ai profité pour jeter un œil sur la publication.
A priori, je pensais qu’elle s’adressait essentiellement aux soignants. Mais les auteurs pouvaient être aussi philosophes, économistes, sociologues et même patients. J’ai rencontré les personnes qui font vivre
Pratiques,les cahiers de la médecine utopique et j’ai les ai aimées. Des gens humains qui non seulement se dévouaient sans compter auprès de leurs patients, mais qui passaient une bonne partie de leur temps libre à se rencontrer pour que la médecine reste au service du patient, et non pour que les laboratoires et actionnaires soient plus riches. Une utopie ? Et bien malgré la fatigue, le découragement parfois, je les ai toujours vus relever la tête et continuer le combat.
Le thème de la revue essaie de coller au plus près à l’actualité. Le vécu dans leur cabinet sert à illustrer ce qui va bien ou au contraire les inepties engendrées par un système de santé qui prend l’eau. Voilà pourquoi la lecture de Pratiques s’adresse à tous, même à un profane.
De fil en aiguille, j’ai fait partie du comité de lecture, j’ai moi-même proposé des textes, j’ai aidé au secrétariat, assisté à des séminaires. Je ne suis toujours qu’une patiente, mais je dirais une patiente avertie et surtout qui a eu la chance de rencontrer ces personnes.
Pratiques a connu des hauts et des bas, mais il souffle cette année ses 40 ans. Plus que jamais, dans ces temps difficiles, il faut que l’utopie nous donne de l’espoir. Patrice nous a quittés, mais pour lui il faut que Pratiques vive.


par Yolande Rousseau, Pratiques N°72, janvier 2016

Documents joints

Lire aussi

N°72 - janvier 2016

Écrire pour partager

par Martin Winckler
Entretien avec Martin Winckler Propos recueillis par Anne Perraut Soliveres et Sylvie Cognard Pratiques : Comment en es-tu arrivé à écrire sur la médecine ? Martin Winckler : J’ai commencé à écrire …
N°72 - janvier 2016

Au fond de ma tasse

par Joséphine Corbel
Joséphine Corbel des Zèbres toulousains Avec le rhum dans mon café au lait me vint l’utopie du matin. Je repensais à mon dos bloqué de la veille. Celui-là même qui m’avait empêchée d’aller soigner …
N°72 - janvier 2016

L’ours de numéro 72

Pratiques, les cahiers de la médecine utopique est édité par Les éditions des cahiers de la médecine utopique, dont la présidente est Sylvie Cognard. La revue Pratiques est éditée depuis 1975. La …
N°72 - janvier 2016

De quoi Hippocrate* est-il le nom ?

par Céline Lefève
Céline Lefève Maître de conférences en philosophie, directrice du Centre Georges Canguilhem, Université Paris Diderot. Responsable du programme inter-disciplinaire Sorbonne Paris Cité « La Personne en …