IPP, évaluer la douleur !

Yveline Frilay
Médecin généraliste

La consolidation d’un accident de travail ou d’une maladie professionnelle se définit par la stabilisation des lésions décrites sur le certificat médical initial (CMI), elle sera notifiée sur un certificat final (CF). Si le patient est en arrêt de travail, elle mettra fin aux indemnités journalières, sans signifier la capacité du patient à reprendre tout emploi dans l’entreprise. Le CF permet l’évaluation de l’incapacité permanente partielle (IPP) qui donne droit à une rente si le taux est supérieur à 10 % ou à une somme forfaitaire, à la poursuite des soins en rédigeant un protocole de soins post-consolidation. Le barème du taux d’IPP codifié par la loi [1] permet de fixer une valeur indépendamment de l’âge à partir de l’analyse des déficiences et conséquences sur la vie quotidienne (travail, domestique, loisir) et non de la nature de l’affection qui en est à l’origine. Le CF ne devra pas se contenter de « séquelles de », mais décrire les amplitudes actives et passives des mouvements, tout ce que ne peut effectuer le patient, ses douleurs, sous peine d’une sous-évaluation du taux d’IPP. Un examen clinique normal avec une plainte somatique s’intègre dans une névrose post-traumatique lors d’agression, d’accident avec vécu de mort imminente, ouvrant droit jusqu’à un taux d’IPP de 20 %. Cette souffrance psychique ne sera évaluée que si l’état d’anxiété ou de stress post-traumatique a été notifié sur le CMI ou à défaut sur un certificat de prolongation dans le mois qui suit, après une phase de sidération. Le taux d’IPP appréciant la capacité fonctionnelle du patient peut être contesté devant le tribunal du contentieux de l’incapacité. Si l’IPP est plus importante que celle proposée par le médecin-conseil, mais non décrite sur le CF, le tribunal invitera le patient à établir une rechute pour augmenter le taux d’IPP.

Patients, lisez vos certificats médicaux et finaux avant de les envoyer [2]. Médecins, prenez conscience qu’en rédigeant un certificat succinct, vous privez vos patients de leurs droits.


par Yveline Frilay, Pratiques N°81, mai 2018


[1Article R434-32 du Code de la Sécurité sociale.

[2Des troubles décrits sur une observation aux urgences ne seront pas pris en compte si non mentionnés sur le CMI.


Lire aussi

N°81 - avril 2018

Entretien avec Benjamin Becker

par Françoise Acker, Benjamin Becker, Marie Kayser
Benjamin Becker Cadre infirmier Vous travaillez depuis quelques mois dans un nouvel établissement, pourquoi avez-vous quitté le CHU de Grenoble ? J’ai travaillé comme infirmier aux urgences du CHU …
N°81 - avril 2018

Le chant des cors

par Annie-Maria Madeleine
Annie Maria Madeleine Infirmière de secteur psychiatrique « Ils ne sont pas là pour leurs cors aux pieds ! » et pourtant… L’air de rien, en prenant soin des pieds des malades, le pédicure et les …
N°81 - avril 2018

Sédation à domicile : mythes et réalités

par Séraphin Collé, Pauline Daire
Séraphin Collé Médecin généraliste membre du réseau de soins palliatifs Relience (Haute Garonne) Pauline Daire Interne Face aux souffrances réfractaires et aux arrêts de traitement en fin de vie, la …
N°81 - avril 2018

Faut-il attendre que le vase déborde ?

par Anne Perraut Soliveres
Anne Perraut Soliveres Cadre supérieur infirmier, praticien-chercheure Se confronter en permanence à la souffrance des patients et parfois à l’impuissance à la soulager n’est pas sans risque ni …