De la confiture aux cochons ?

par Nathalie Ferrand Lefranc, Sylvie Ratier, Pratiques N°96, février 2022

Pognon de dingue, stratégie de mots pour masquer des lois bafouant les valeurs de la République et décrire la vision macroniste des prestations sociales. Inégalités et pandémie apportent un autre éclairage. Talents et créativité humaine au service du bien commun dessinent l’espoir d’autres chemins.

Nathalie Ferrand Lefranc, Chirurgien-dentiste, déléguée régionale Occitanie du Réseau Environnement Santé Sylvie Ratier, Juriste, spécialisée en droit de la santé « On met un pognon de dingue dans les minima sociaux et les gens ne s’en sortent pas (…). Il faut prévenir la pauvreté et responsabiliser les gens pour qu’ils sortent de la pauvreté. Et sur la santé, c’est pareil. Tout le système de soins que je veux repenser, c’est aller vers plus de prévention pour responsabiliser, y compris les acteurs de soins  (...)

Accès réservé

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou

S'abonner

Abonnement avec accès immédiat aux articles.


Voir les offres d'abonnements

Commander ce numéro

Pratiques N°96 « Un pognon de dingue »

Lire aussi

N°96 - janvier 2022

A dingue, dingue et demi

par Frédéric Pierru
Le syntagme du « pognon de dingue » renouvelle la campagne de dénigrement de la Sécurité sociale. L’examen minutieux des chiffres montre que « la baleine » est dépecée par des intérêts qui ont tendance à …
N°96 - janvier 2022

Austérité, rationnement et triage

par Jean-Pascal Devailly
La pandémie montre l’impossibilité de réduire les dépenses de santé en rationnalisant les soins sans les rationner. Pour sortir du financement en silos des prestataires, un rationnement intelligent …
N°96 - janvier 2022

Les minima Macron

par Jean Lataste
Perte d’emploi, handicap, vieillesse sont facteurs de pauvreté. Pour tenter de la contenir, la solidarité nationale attribue des minima sociaux aux personnes concernées. Emmanuel Macron a-t-il bien …
N°96 - janvier 2022

Le vaccin ! Une réponse à tout ?

par Pierre Volovitch
Pierre Volovitch, économiste de la santé Et pour commencer un énorme merci à Molière Je suis médecin passager, je vais de ville en ville, de province en province, de royaume en royaume, pour …