Violences de la psychiatrie

par Claire Gekiere, Bruno Gravier, Pratiques N°75, octobre 2016

Claire Gekiere et Bruno Gravier Psychiatres La violence physique, la contrainte par corps, reste une réalité très consistante, quotidienne de la psychiatrie. Mais cette violence, la plus spectaculaire, est enchâssée dans une violence langagière et contextuelle, et de plus en plus judiciaire, voire pénale, insidieuse et désobjectivante. En janvier 2016, la loi de Santé a prévu, dans son vaste fourre-tout, un article pour que les pratiques de contention en psychiatrie soient systématiquement (...)

Accès réservé

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou

S'abonner

Abonnement à partir de 39€ avec accès immédiat aux articles.


Voir les offres d'abonnements

Commander ce numéro

Pratiques N°75 Les huis clos de la violence

Lire aussi

N°75 - octobre 2016

Etre révolutionnaire ?

par Pinar Selek
Entretien avec Pinar Selek Sociologue, écrivaine Être révolutionnaire, dire non, ce n’est pas seulement revendiquer, c’est d’abord être heureux, apprendre à écouter, à regarder, se nourrir de …
N°75 - octobre 2016

Viol sur mineur : de quoi parle-t-on ?

par Adrien Henry
Adrien Henry Travailleur social Que recouvre la notion juridique de viol et des représentations qu’elle engendre, plus particulièrement sur les enfants ? Malgré la difficulté d’aborder et de parler …
N°75 - octobre 2016

Un lieu pour le dire

par Irène Mériaux
Comment, en médecine, permettre l’expression de la violence subie par les femmes ?
N°75 - octobre 2016

Brutes de chiffres

par Sylvie Cognard
Sylvie Cognard Médecin généraliste enseignante Quelques chiffres pour ouvrir les yeux sur les violences intrafamiliales. 2010 : la lutte contre les violences conjugales est proclamée grande cause …