T’as pas coté ton Hamilton

Guillaume Getz
Médecin généraliste

J’ai appris qu’un dépressif, ça vaut soixante-neuf euros par an minimum. Eh oui, les généralistes peuvent coter une fois par an le remplissage de l’échelle de Hamilton, qui mesure l’intensité de la dépression du patient. Vingt-et-une questions, une échelle validée internationalement et soixante-neuf euros dans la poche. Apparemment, pas mal de collègues la pratiquent. Par souci de bien soigner ou pour remplir le tiroir-caisse ? Les deux mon capitaine ?

Eh bien pour moi, c’est non merci ! Déjà, j’ai bien du mal avec les échelles. Cette manie de vouloir tout quantifier, de réduire le sujet, son vécu, son histoire à un chiffre, ça ne me parle pas. Et puis je ne me vois pas demander à un patient au bout du rouleau soixante-neuf euros sous prétexte de lui avoir fait passer une grille ! Ça me fait penser à la cotation « spécial cancer » : « Vous comprenez, je vous ai annoncé un cancer, alors c’est soixante euros et non vingt-cinq comme d’habitude… Comment, vous ne saviez pas que le cancer coûtait cher ? Ça vous rend triste ? Vous voulez que je vous parle d’un ami appelé Hamilton ? »


par Guillaume Getz, Pratiques N°84, février 2019

Lire aussi

N°84 - janvier 2019

L’ours du numéro 84

Pratiques, les cahiers de la médecine utopique est édité par Les éditions des cahiers de la médecine utopique, dont la présidente est Sylvie Cognard. La revue Pratiques est éditée depuis 1975. La …
N°84 - janvier 2019

Victor notre sauvagerie

par Sandrine Deloche
Sandrine Deloche Médecin pédopsychiatre La qualité de la protection, du soin et de l’éducation délivrée à Victor, l’enfant sauvage, renseigne en premier lieu sur la somme de notre propre sauvagerie. …
N°84 - janvier 2019

Où vas-tu l’asile, je vais à la ville…

par Olivier Boitard
Olivier Boitard Psychiatre Avant les autres disciplines, la psychiatrie s’est déplacée hors les murs pour soigner debout plutôt que couché. Mais aujourd’hui n’a-t-elle pas fermé trop de lits ? À …
N°84 - janvier 2019

Injonction à Doctolib

par Anne Marthe
Anne Marthe Informaticienne « Il faut vivre avec son temps », c’est avec cette phrase assassine qu’à l’accueil de l’hôpital, la secrétaire assoit sa petite morale et refuse ma demande de ne plus figurer …