Qui apprend à qui ?

Martine Lalande
Médecin généraliste 


Parfois Rémi s’ennuie dans son stage d’orthopédie. Il est en 4e année de médecine, et, après le staff du matin, quand il a fini ses dossiers et commandé les examens, les internes et les chefs sont au bloc, il n’a plus rien à faire. « Alors je m’occupe des P2. » Ce sont les étudiants de 2e année, en stage de sémiologie, qui viennent apprendre à faire une observation et un examen clinique. « Je leur fais faire l’interrogatoire : antécédents, mode de vie, histoire de la maladie. Et l’examen clinique, comme je le fais. » Au fait et lui, qui le lui a appris… ? Il s’amuse à leur poser des problèmes, pour discuter : « Je leur parle seulement de ce que je sais, et s’ils posent une question difficile, je leur dis qu’on demandera à l’interne… » Quand il me raconte ce passe-temps, je me demande : mais qui apprend à qui à l’hôpital ? Cela ne me semble pas avoir beaucoup évolué depuis mon ancien temps… Rapide enquête auprès de Cécile, « mon » externe (étudiante de cinquième année en stage dans mon cabinet) : on apprend parfois avec l’interne – s’il a le temps et le goût d’enseigner –, parfois avec le chef de clinique – dont c’est le travail, mais il n’a pas toujours le temps –, et selon les services : l’examen neurologique en neurologie, l’auscultation en cardiologie… Mais quand apprend-on à entrer en contact avec les patients ? Rémi : « Ce qui est difficile, c’est de trouver le bon malade : il faut qu’il comprenne le français, qu’il ait toute sa tête, qu’il ait un certain âge pour avoir déjà eu des histoires médicales pour que ce soit intéressant, et qu’il soit d’accord »… 



par Martine Lalande, Pratiques N°55, octobre 2011

Documents joints

Lire aussi

N°55 - novembre 2011

DOSSIER

N°55 - novembre 2011

Cocooning...

Anne Perraut Soliveres Cadre supérieur infirmier à la retraite, praticien-chercheure Longtemps j’ai accueilli chaque interne de garde pour sa première nuit. J’étais la surveillante et j’avais pris …
N°55 - novembre 2011

Un film à voir ou à revoir, Barberousse de Kurosawa

par Sylvie Cognard
Sylvie Cognard Médecin généraliste Un film sur l’initiation des apprentissages et la transmission d’un art de la médecine.
 Un jour d’automne, vers 1820, un jeune médecin diplômé de l’université de …
N°55 - novembre 2011

Prime à la performance : une politique de la médiocrité

Patrick Dubreil Médecin généraliste « Quand le sage montre la lune, l’idiot regarde le doigt. » Proverbe chinois. Comme chaque année, la Cour des comptes vient de rendre son verdict : pour 2010, le …